Les municipales en Cisjordanie - Le Fatah défait le Hamas

Bir Zeit — Les Palestiniens ont élu hier des conseils municipaux en Cisjordanie dans un scrutin partiel mettant aux prises le Fatah du dirigeant Mahmoud Abbas et le mouvement radical Hamas, qui s'implique davantage dans la vie politique sans renoncer à la lutte armée. Des 55 mandats en jeu, le Fatah en a obtenu 30, contre 18 au Hamas et sept à des candidats indépendants ou de petites formations.

En tout, 104 villages et bourgs étaient touchés par le scrutin — premier du genre en 28 ans — mais le vote s'est déroulé seulement dans 82 de ces localités, le résultat étant d'ores et déjà connu dans 22 autres où une seule liste était en lice.

Les deux premières phases du scrutin ont eu lieu entre décembre et mai, et la quatrième et dernière est prévue le 8 décembre dans 107 localités en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Le taux de participation à la mi-journée hier a atteint plus de 70 %.

Plus de 127 000 Palestiniens étaient appelés à participer au scrutin pour élire leurs conseillers municipaux parmi 2469 candidats, dont 596 femmes sur des listes du Fatah, du Hamas ou de formations indépendantes ou de moindre importance.

Au cours des deux premières phases du scrutin, le Hamas avait réalisé de très bons scores par rapport au Fatah, parti au pouvoir de l'Autorité palestinienne s'imposant notamment dans les grands centres de population.

Les municipales servent de répétition générale aux deux mouvements en vue des législatives prévues le 25 janvier et auxquelles le Hamas prendra part pour la première fois.

En se soumettant au verdict des urnes, le Hamas s'implique davantage dans la vie politique tout en refusant de déposer ses armes, comme le souhaite l'Autorité palestinienne et l'exige Israël.

Le ministère israélien des Affaires étrangères a affirmé dans un communiqué que «la participation du Hamas aux élections n'était qu'une tentative menée par un groupe d'extrémistes islamistes afin de supplanter les Palestiniens modérés aspirant à la coexistence avec Israël. Ils abusent de la démocratie pour promouvoir le terrorisme et la violence en tant qu'outils politiques».

Israël a d'ailleurs arrêté des dizaines de candidats du Hamas aux municipales, dans le cadre d'un vaste coup de filet lancé dans les rangs du mouvement ces derniers jours en Cisjordanie.

Le vice-premier ministre palestinien Nabil Chaath a pour sa part estimé que la participation du Hamas aux prochaines législatives était un bon signe. «Ils ne peuvent pas être marginalisés, ils ont un rôle à jouer dans les élections. Ceux qui veulent participer au gouvernement doivent le faire à travers les urnes, et non à travers les armes», a-t-il dit mercredi depuis Stockholm où il est en visite.