La violence se poursuit à Gaza - Abbas demande l'aide de Bush

L'Intifada est entrée hier dans sa sixième année sur fond d'une flambée des violences dans la bande de Gaza après des mois d'accalmie, le leader palestinien Mahmoud Abbas annonçant qu'il rencontrera le président américain George W. Bush pour l'appeler à faire pression sur Israël.

Washington a réagi aux événements en appelant hier Israël à «mesurer l'effet de ses actes», tout en rappelant aux Palestiniens qu'ils devaient «démanteler les réseaux terroristes».

Le soulèvement palestinien, qui avait éclaté le 28 septembre 2000, connaissait depuis quelques mois une période de relative accalmie à la faveur d'une trêve informelle, mais la situation s'est subitement dégradée ces derniers jours avec des tirs de roquettes artisanales sur Israël depuis la bande de Gaza et des représailles, qui se poursuivent, de l'armée israélienne.

Des avions israéliens ont ainsi mené, hier, de nouveaux raids, qui n'ont pas fait de victime, dans le nord de la bande de Gaza, sur un site à partir duquel des activistes palestiniens ont tiré des roquettes sur Israël.

La chasse israélienne, volant à basse altitude, a en outre crevé le mur du son au-dessus du territoire palestinien à plusieurs reprises, provoquant à chaque fois d'énormes explosions sonores, selon des témoins.

Les raids israéliens se sont multipliés depuis samedi, en représailles à des attaques palestiniennes à la roquette contre le territoire israélien à partir de la bande de Gaza, d'où Israël a achevé son retrait le 12 septembre après 38 ans d'occupation.

Les nouveaux raids sont survenus peu après que les principaux groupes armés palestiniens, notamment le Hamas et le djihad islamique, eurent confirmé mardi soir leur engagement à observer la trêve des attaques contre Israël et mettre ainsi fin aux tirs de roquettes artisanales.

Voyage aux États-Unis

En visite au Caire où il a rencontré le président Hosni Moubarak, M. Abbas a annoncé qu'il se rendrait aux États-Unis pour demander au président George W. Bush, qu'il rencontrera le 20 octobre, de faire pression sur Israël et d'obtenir la fin de ses raids dans la bande de Gaza.

«Il y a des événements qui se produisent et les États-Unis sont une super-puissance et membres du quartette sur le Proche-Orient et il est nécessaire qu'ils assument leurs responsabilités et prennent des mesures susceptibles de faire cesser ces actes [israéliens] qui pourraient rendre la situation pire», a-t-il déclaré.

Il a critiqué le «silence» américain devant les «actes de violence israéliens contre les Palestiniens. Ce n'est pas la première fois que les États-Unis gardent le silence.»

Le négociateur en chef palestinien Saëb Erakat a annoncé le report sine die du sommet qui était prévu dimanche entre M. Abbas et le premier ministre israélien Ariel Sharon.

L'armée israélienne a par ailleurs indiqué avoir arrêté dans la nuit, en Cisjordanie, 24 activistes du Hamas et du djihad islamique, portant à plus de 400 le nombre de membres de ces deux mouvements interpellés depuis dimanche, et scellé les bureaux de 15 associations qui en dépendent.