Une parade militaire du Hamas tourne au drame

Une explosion s’est produite dans une voiture transportant des activistes de l’aile militaire du Hamas.
Photo: Agence Reuters Une explosion s’est produite dans une voiture transportant des activistes de l’aile militaire du Hamas.

Jabaliya — Au moins quinze Palestiniens ont été tués et 83 autres blessés hier dans l'explosion d'une voiture au cours d'une parade militaire du mouvement radical Hamas pour célébrer le retrait israélien de la bande de Gaza.

La voiture, une jeep, a explosé pendant un défilé militaire du Hamas auquel participaient des milliers de Palestiniens dans le camp de réfugiés de Jabaliya dans le nord de la bande de Gaza, ont indiqué des témoins.

L'explosion s'est produite à bord de la voiture transportant des activistes de l'aile militaire du Hamas armés de fusils d'assaut, alors qu'elle pénétrait dans un terrain vague sur lequel la cérémonie a été organisée.

Le véhicule a été partiellement détruit par la déflagration et une épaisse fumée blanche s'en est dégagée. Des corps déchiquetés d'activistes du Hamas mais aussi d'enfants et de badauds présents à la célébration ont été projetés à la ronde par le souffle de l'explosion.

Des témoins et le ministère de l'Intérieur ont parlé d'une «explosion interne», c'est-à-dire provoquée par des explosifs appartenant au Hamas et transportés dans le véhicule, mais le porte-parole du groupe a accusé Israël.

«Un drone israélien a tiré plusieurs roquettes sur un convoi de voitures participant au défilé militaire, ce qui a provoqué ce grand nombre de martyrs et de blessés», a déclaré Sami Abou Zouhri à l'AFP. «Il s'agit d'un abominable crime israélien», a-t-il ajouté, affirmant que la «résistance ripostera par les moyens qu'elle jugera bons».

Trois membres des Brigades Ezzedine al-Qassam, la branche armée du Hamas, figurent au nombre des victimes, selon Ahmed Ghandour, chef des Brigades pour le nord de la bande de Gaza.

L'armée israélienne a catégoriquement démenti toute implication. «Tsahal [l'armée israélienne] dément toute implication dans l'explosion survenue dans la soirée dans le camp de réfugiés

de Jabaliya. Toute tentative d'en rejeter la responsabilité sur Tsahal est infondée», indique un communiqué de l'armée.

Le Fatah, le mouvement du leader palestinien Mahmoud Abbas, a accusé quant à lui le Hamas d'être responsable de l'explosion.

«La responsabilité du grand nombre de Palestiniens tués aujourd'hui incombe au Hamas. Nous avions déjà établi que ces parades militaires étaient dangereuses pour notre peuple et avions convenu [avec les divers groupes armés] qu'elles devaient cesser», indique un communiqué du Comité central du Fatah.

Vingt des 83 blessés sont dans un état «grave» ou «critique», a affirmé le chef des services des urgences dans la bande de Gaza.

Le Hamas a multiplié les parades militaires depuis la fin, le 12 septembre, du retrait israélien de la bande de Gaza après 38 ans d'occupation mais s'est engagé, ainsi que les autres groupes armés palestiniens, à mettre fin à de telles manifestations, vues d'un mauvais oeil par M. Abbas.

En Cisjordanie, trois combattants du Jihad islamique ont été tués par l'armée israélienne, entraînant en riposte des tirs de roquettes du groupe radical sur Israël à partir de la bande de Gaza pour la première fois depuis le retrait israélien de ce territoire.

Les trois combattants, armés de fusils d'assaut ont été tués lors d'échanges de tirs avec l'armée israélienne dans le secteur de Tulkarem, dans le nord de la Cisjordanie, pendant une opération visant à les arrêter, selon l'armée.

M. Abbas a condamné l'opération israélienne en la qualifiant de «très grave et d'injustifiée», dans une déclaration à la presse à Ramallah.

Le décès des trois Palestiniens porte à 4829 le nombre de personnes tuées depuis le début de l'intifada en septembre 2000, dont une grande majorité de Palestiniens.