En bref - Ultimatum au Nigeria

Lagos — Un groupe séparatiste armé du sud du Nigeria a lancé hier un «dernier avertissement», menaçant de paralyser la production pétrolière dans la zone et de s'en prendre aux employés des compagnies internationales, si son chef emprisonné n'est pas libéré sous 48 heures.

Le géant pétrolier américain Chevron a décidé, à cause de ces menaces, d'arrêter ses activités sur deux stations de pompage, entraînant une perte de production de 27 000 barils par jour. La compagnie anglo-néerlandaise Shell a également annoncé avoir commencé à évacuer certains membres de personnel de deux stations de pompage et de l'usine de gaz naturel de Soku.