Schröder et Merkel campent sur leurs ambitions

Berlin — Gerhard Schröder, le chancelier social-démocrate sortant, et Angela Merkel, sa rivale conservatrice, continuent de revendiquer la chancellerie allemande, mais ils entendent poursuivre les discussions entamées hier par leurs partis pour résoudre la crise, quatre jours après les élections.

«Nous avons fait comprendre que nous considérons que la mission de former le gouvernement revient aux Unions» chrétiennes de la CDU-CSU, a déclaré Angela Merkel à l'issue de son premier face-à-face avec Gerhard Schröder, à Berlin, depuis les législatives de dimanche. «Notre but est que Gerhard Schröder reste chancelier», a rétorqué le président du SPD, Franz Müntefering, aux côtés de M. Schröder, qui a mis l'accent sur la poursuite des réformes socio-économiques engagées par la coalition gouvernementale sortante du SPD et des Verts.

Les dirigeants des deux grands partis allemands s'exprimaient au cours d'un point presse séparé, à l'issue d'une réunion commune de moins d'une heure tenue dans une «bonne ambiance», au dire des deux camps. «Nous sommes encore loin de négociations, mais la perspective pour des discussions concrètes est ouverte, c'est un progrès», a observé M. Müntefering à l'issue de ces pourparlers exploratoires.

Une nouvelle rencontre entre la CDU-CSU et le SPD est prévue mercredi pour la poursuite de ces discussions qui pourraient aboutir, à terme, à une «grande coalition».