La marine américaine prise pour cible en Jordanie

Amman — Plusieurs roquettes ont été tirées hier contre deux navires de la marine américaine ancrés dans le port jordanien d'Akaba, sur la mer Rouge, mais les projectiles ont manqué leurs cibles et tué un militaire jordanien.

Les roquettes se sont écrasées sur un entrepôt, sur un hôpital ainsi que sur la ville voisine israélienne d'Eïlat. Le réseau al-Qaïda est soupçonné d'implication dans ces tirs, a déclaré un responsable de la sécurité jordanienne.

Le ministre jordanien de l'Intérieur, Awni Yarfas, a affirmé que l'examen du lieu d'où les roquettes avaient été tirées laissait penser que les auteurs étaient «désordonnés et mal préparés pour l'attaque, qui a manqué sa cible». «Le lance-roquette était sommaire», a ajouté Yarfas.

De source proche des services de sécurité, on a déclaré à Reuters qu'un Syrien et deux Irakiens utilisant des plaques minéralogiques koweïtiennes étaient recherchés à Akaba.

Une autre source a signalé que l'entrepôt à l'entrée de la ville d'où ont été tirées les roquettes avait été loué il y a quelques jours par trois Irakiens et un Égyptien.

Les Brigades Abdallah al-Azzam de l'Organisation al-Qaïda pour l'Égypte et le Levant ont revendiqué ces tirs sur un site rarement utilisé par les autres organisations islamistes, se réclamant de la nébuleuse islamiste d'Oussama ben Laden.

«Un groupe de nos moudjahidines a visé des navires américains en Jordanie et Eïlat avec trois roquettes Katioucha, avant de regagner leur base», peut-on lire dans ce communiqué.

La zone industrielle d'Akaba a été bouclée, mais le port fonctionnait normalement. Peu après ces tirs, les deux bâtiments américains qui étaient à quai dans le cadre de manoeuvres avec la marine jordanienne ont gagné le large.

Enquête

Shaul Mofaz, le ministre israélien de la Défense, a affirmé qu'«une ou deux roquettes» étaient tombées dans la zone de l'aéroport d'Eïlat sans faire de victime. Eïlat se trouve à une dizaine de kilomètres d'Akaba. Israël et les États-Unis ont fait savoir qu'ils collaboraient avec la Jordanie dans l'enquête.

Un responsable de la 5e flotte américaine, basée à Bahreïn, a fait savoir qu'un missile avait manqué de peu l'USS Ashland, un navire amphibie destiné au transport de troupes et aux débarquements.

«Je confirme qu'une roquette a survolé la proue de l'USS Ashland et qu'elle a touché le toit d'un entrepôt. Aucun marin ou membre des marines n'a été blessé, a-t-il dit. Nous en concluons qu'ils tentaient certainement de toucher l'un ou l'autre des bateaux, ou les deux.»

Ahmad Alnadjaoui, militaire jordanien qui était de faction devant l'entrepôt, a été tué par cette roquette, a-t-on déclaré de source militaire jordanienne en précisant que trois roquettes avaient été tirées.

«Les premiers résultats de l'enquête tendent à indiquer que la cible principale était les navires américains. Ils ne visaient sans doute pas Eïlat ou des cibles civiles jordaniennes», a-t-on expliqué.

Le ministre jordanien de l'Intérieur, Aouni Yarfas, a précisé que la roquette avait provoqué peu de dégâts dans l'entrepôt.

«Les sionistes sont une cible légitime et nous avertissons les Américains, qui répandent la corruption dans le monde entier et qui ont volé les richesses de la nation musulmane, de s'attendre à davantage d'attaques cinglantes», affirment les Brigades al-Azzam dans leur communiqué de revendication.

«C'est le début de nos opérations en Jordanie, affirment-elles. Tout comme nous avons commencé à faire vaciller le trône du tyran égyptien, nous exigeons du tyran jordanien qu'il libère nos frères emprisonnés et qu'il abdique de lui-même.»

Ce mouvement est l'une des organisations qui a revendiqué les attentats commis le mois dernier à Charm el-Cheikh.