En bref - Colombo prolonge l'état d'urgence

Colombo — Le parlement sri-lankais a prolongé hier d'un mois l'état d'urgence tandis que la présidente Chandrika Kumaratunga a demandé à Oslo d'organiser d'urgence une réunion avec la rébellion tamoule à qui a été attribué l'assassinat du ministre des Affaires étrangères le 12 août.

Mme Kumaratunga avait demandé mardi à l'assemblée de se réunir pour ratifier et prolonger d'un mois l'état d'urgence instauré après l'assassinat de son chef de la diplomatie Lakshman Kadirgamar. La prolongation a été adoptée par 124 voix pour (21 députés ayant voté contre) en dépit de la position minoritaire au parlement de la coalition gouvernementale qui a obtenu le soutien de l'opposition à condition que l'état d'urgence ne soit pas utilisé contre les opposants. Lakshman Kadirgamar, qui était âgé de 73 ans, a été abattu le 12 août à son domicile de Colombo. Les autorités ont imputé l'attentat aux Tigres de libération de l'Eelam tamoul (LTTE), qui ont nié leur implication. L'état d'urgence donne des pouvoirs élargis à la police en lui permettant de procéder à des fouilles sans mandat et de placer des personnes en détention sans charges.