Visite inédite de Nord-Coréens dans un cimetière de guerre du Sud

Séoul — Une importante délégation de Corée du Nord a participé hier à des commémorations de la fin de la colonisation japonaise il y a soixante ans dans un cimetière de guerre du Sud, une visite inédite entre deux pays théoriquement toujours en guerre.

Kim Ki-Nam, secrétaire du comité central du Parti des Travailleurs (au pouvoir) et chef d'une mission de 17 membres du gouvernement, a rendu hommage aux soldats décédés, dont ceux du Sud, lors de la guerre de Corée (1950-53). Arborant sur son poitrail une épinglette à l'image du drapeau nord-coréen, M. Kim s'est incliné après avoir déposé une couronne devant un monument funéraire du Cimetière national de Séoul.

Ce cimetière regroupe 54 000 morts de la guerre, la plupart durant celle de Corée, mais également durant la colonisation japonaise de 1910 à 1945.

La visite nord-coréenne intervient dans le cadre de quatre jours de célébrations du 60e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale dans le Pacifique, qui a marqué la fin de la colonisation de la péninsule coréenne. Les Nord-Coréens doivent retourner chez eux mercredi, a précisé le ministère sud-coréen de l'Unification, responsable des relations intercoréennes.

Les deux Corées se sont lancées dans un processus de rapprochement depuis un sommet historique en 2000, mais un traité de paix n'a toujours pas été signé pour mettre officiellement fin à la guerre de Corée (1950-53) qui n'a été conclue que par un armistice.