Tarek Aziz clame son innocence

Bagdad — Tarek Aziz, l'ancien vice-premier ministre et proche collaborateur de Saddam Hussein, détenu depuis avril 2003, clame son innocence et dénonce ses conditions de détention dans une prison américaine à Bagdad dans une série de lettres dévoilées par son avocat.

«Je n'ai rien fait qui soit contraire à la loi et au comportement humain», assure-t-il dans une lettre, proclamant son innocence face aux accusations qui sont portées à son encontre.

L'homme politique chrétien chaldéen, féru de cigares cubains, autrefois symbole d'un Irak moderne et urbain, se plaint

également de ses conditions de détention.

«Nous avons été coupés de nos familles. Aucun contact, aucun coup de fil, aucune lettre, aucun paquet envoyé par nos familles ne nous sont permis, écrit-il dans une lettre rédigée en anglais. Nous avons besoin d'un traitement équitable, d'une enquête équitable et finalement d'un procès équitable.»

Tarek Aziz, qui s'est rendu aux forces américaines peu après la chute de Bagdad, en avril 2003, est en attente d'un procès pour éclaircir son implication dans des purges politiques menées par le parti Baas, au pouvoir dans les années 70 et 80.

Il est un des onze proches de Saddam Hussein qui, avec le raïs, doivent être jugés pour crimes contre l'humanité. Tarek Aziz, Saddam Hussein et 110 autres responsables irakiens seraient détenus dans un bâtiment, appelé Camp Cropper et situé près de l'aéroport de Bagdad.

D'autre part, l'opération Éclair, lancée par les forces irakiennes dimanche, a donné ses premiers résultats à Bagdad, où le nombre d'attentats a diminué, malgré la poursuite hier des violences dans le nord du pays. Depuis dimanche, le nombre d'attentats a largement diminué dans la capitale irakienne par rapport aux précédentes semaines, particulièrement meurtrières.

Arrestations

«Plus de 700 terroristes ont été arrêtés et 28 autres tués alors que d'énormes quantités d'armes ont été saisies depuis le début de l'opération», a déclaré jeudi un responsable du ministère de l'Intérieur sous couvert d'anonymat.

Réussissant à passer à travers les mailles du filet, des insurgés sont parvenus à commettre un attentat hier à Bagdad. Ainsi, quatre personnes ont été blessées dans l'explosion d'une voiture piégée dans l'ouest de la capitale.