France - Les socialistes se réunissent dans un climat houleux

Paris — Les socialistes français se réunissent aujourd'hui pour un conseil national qui s'annonce houleux, six jours après le référendum sur la Constitution européenne, qui a vu les frondeurs, partisans du non, l'emporter sur la ligne officielle du parti qui a défendu le oui.

Même si tous s'en défendent au nom du rassemblement et de la réconciliation, la réunion du «parlement» du PS risque de virer à l'affrontement et au règlement de comptes entre le numéro un, François Hollande, désavoué par l'électorat, et le numéro deux, Laurent Fabius, qui a mené la fronde et a été conforté par le vote de 58 % des électeurs socialistes contre la Constitution.

«Il s'agira ni plus ni moins,

pour le camp du oui, de "virer" Laurent Fabius de la direction», écrit le quotidien populaire Le Parisien, qui prédit un conseil «chaud, chaud». «Laurent Fabius sera la cible», confirme de son côté Le Figaro (droite). François Hollande a annoncé hier soir qu'il proposera la tenue d'un congrès à l'automne «de manière à ce que tous les socialistes, qu'ils aient voté oui ou qu'ils aient voté non, puissent se rassembler». «Bien entendu, à l'occasion de ce congrès, mon mandat sera en jeu», a-t-il précisé sur la chaîne privée TF1.

Après la droite, qui a procédé jeudi à un changement de gouvernement pour tenir compte de la cinglante défaite du 29 mai, c'est en effet au tour du Parti socialiste, la principale force d'opposition,

de tenter de remettre de l'ordre dans son camp divisé avec, en ligne de mire, l'élection présidentielle de 2007.

L'ancien premier ministre socialiste Laurent Fabius, qui nourrit des ambitions présidentielles, s'est posé en champion du rassemblement et d'une «espérance» de gauche au lendemain du référendum, mais il se heurte à forte partie au Conseil national, où il est minoritaire.