L'ONU renforce sa présence à Port-au-Prince

Port-au-Prince — La mission de stabilisation de l'ONU en Haïti (MINUSTAH) a annoncé hier le transfert de Casques bleus déployés en province vers la capitale, Port-au-Prince, où des violences ont fait au moins huit morts mardi.

Pour lutter contre l'insécurité, un bataillon de soldats péruviens affectés à Jacmel (sud) a été redéployé sur Port-au-Prince pour renforcer les Casques bleus jordaniens en charge du quartier de Cité Soleil, a déclaré le colonel français Philippe Kleb, membre de l'état-major de la mission onusienne.

Cité Soleil abrite le plus grand bidonville de la capitale (350 000 habitants). C'est aussi un bastion des auteurs présumés des actes de violence. Au total, 2000 Casques bleus seront affectés à Port-au-Prince, a précisé le militaire français lors d'une conférence de presse. «Nous adoptons la politique de zéro tolérance face à la criminalité et à la violence», a souligné le colonel Kleb. L'officier français a affirmé que les actions criminelles avaient changé de zone à Port-au-Prince en raison, selon lui, du succès d'une opération récente conduite par la MINUSTAH à Cité Soleil.

«Les bandits ont tendance à se déplacer vers d'autres quartiers. Nous travaillons de concert avec la police haïtienne et nous avons enregistré des progrès», a pour sa part indiqué un officier canadien, Jean-François Vézina, membre de la police civile de la MINUSTAH.

Mardi, des inconnus armés avaient ouvert le feu dans le centre-ville contre un commissariat proche d'un marché qu'ils ont aussi incendié. Sept personnes ont été tuées tandis qu'un consul honoraire français était la cible de tirs près de l'aéroport, entraînant son décès dans la soirée.

Selon l'officier canadien, un net fléchissement des enlèvements est constaté depuis qu'une cellule spéciale a été créée entre la police haïtienne et la MINUSTAH. Il a encouragé la population à collaborer avec les autorités.

«Nous sommes là pour enlever les gangs de la scène et permettre une reprise normale des activités dans la capitale», a fait valoir le colonel français.

Le porte-parole de la mission onusienne, Toussaint Kongo Doudou, s'est félicité au cours de la même conférence de presse des progrès réalisés par la MINUSTAH en Haïti. Il a mentionné le fait que des programmes de désarmement et de réinsertion de groupes armés avaient été lancés alors que le processus du dialogue est en marche à côté de multiples actions humanitaires conduites dans le pays par les Casques bleus. Le responsable de l'ONU a cependant refusé de commenter la décision prise la semaine dernière par les États-Unis d'évacuer les familles américaines en Haïti.