Irak: les «otages» de Madaïen flotteraient dans le Tigre

Bagdad — La violence a fait au moins 32 morts dans diverses attaques hier en Irak, auxquelles s'ajoute le repêchage de 57 corps de civils dans le Tigre, éclipsant l'annonce par le président Jalal Talabani que le nouveau gouvernement sera présenté aujourd'hui.

Le président irakien Jalal Talabani a annoncé à la presse que les corps de plus de 50 personnes repêchés dans le Tigre sont ceux d'otages portés disparus dans une région au sud de Bagdad.

Cinquante-sept corps d'hommes, de femmes et d'enfants ont été repêchés dans le Tigre, près de Soueïra, à environ cinquante kilomètres au sud-est de la capitale, a déclaré un lieutenant-colonel de la police de Soueïra.

La déclaration de M. Talabani a relancé la polémique sur l'affaire de Madaïen, une localité à 30 km au sud-est de Bagdad.

Lundi, le ministre de l'Intérieur sortant, Falah Nakib, avait démenti que des insurgés sunnites y aient pris jusqu'à 80 habitants en otages pendant le week-end. «Il s'agissait simplement de rumeurs propagées par les médias et d'autres parties pour susciter un combat dans la zone», avait-il affirmé.

M. Talabani s'est inscrit en faux avec cette affirmation: «Ce n'est pas vrai qu'il n'y a pas eu d'otages, il y en a eu, ils ont été tués, et leurs corps jetés dans le Tigre, et plus de 50 morts ont été repêchés.»

Dix-neuf soldats irakiens ont été par ailleurs exécutés par balle par des rebelles dans la ville de Haditha, au coeur de la province sunnite et rebelle d'al-Anbar.

La journée a commencé par trois attentats à la voiture piégée en moins de deux heures à Bagdad, qui ont tué deux civils et en ont blessé seize autres.

Dans la soirée, un attentat suicide à la voiture piégée a visé le quartier général du parti du premier ministre sortant Iyad Allaoui à Bagdad, faisant deux morts parmi les policiers et un blessé, selon le ministère de l'Intérieur.

Le porte-parole de M. Allaoui, Thaër al-Naqib, a déclaré un peu plus tard à l'AFP que le premier ministre sortant avait échappé à une tentative d'assassinat lorsqu'une voiture piégée a explosé au passage de son convoi à Bagdad, tuant deux policiers.

Au total, pas moins de six attentats à la voiture piégée ont frappé la capitale irakienne en l'espace de 24 heures.