Vague d'attentats et d'arrestations en Irak

Bagdad — Un double attentat suicide a frappé Bagdad et une série d'attaques se sont produites à travers le pays hier, faisant au moins 19 morts irakiens, tandis que l'armée irakienne annonçait avoir arrêté 76 suspects, dont certains seraient liés à al-Qaïda.

Le groupe d'Abou Moussab al-Zarqaoui, chef du réseau terroriste al-Qaïda en Irak, a revendiqué le double attentat — l'un des plus meurtriers dans la capitale depuis les élections de janvier —, qui a fait au moins 11 morts et 37 blessés, dans un communiqué qui lui est attribué sur un site Internet islamiste, dont l'authenticité ne peut être établie.

Selon une source du ministère de l'Intérieur, les deux voitures ont explosé l'une après l'autre au passage d'un convoi de sept véhicules de la police de protection des routes dans le quartier Jadria, dans le sud-est de la capitale. La police a intercepté sur le lieu du double attentat un troisième véhicule piégé qu'elle a fait exploser. Plus tard, des soldats américains ont fait exploser un autre véhicule piégé.

Le groupe du Jordanien Zarqaoui a revendiqué dans un autre communiqué l'attaque suicide près d'une base américaine à Tikrit hier, qui a fait plusieurs blessés, selon la police et l'armée américaine. Ce groupe a revendiqué de très nombreux attentats, enlèvements et assassinats en Irak depuis la chute de l'ancien régime de Saddam Hussein, en avril 2003. La tête de son chef est mise à prix 25 millions de dollars par les États-Unis.

À Kirkouk, à 250 kilomètres au nord de Bagdad, quatre policiers ont été tués et trois blessés, ainsi qu'un civil, dans une attaque contre un poste de police dans le sud de cette ville pétrolière.

Au sud de la capitale, quatre policiers ont été tués et six civils blessés par un kamikaze qui a fait exploser la charge qu'il transportait sur le marché de Mahawil.

Cible d'attaques répétées, les forces de sécurité sont appelées à prendre la relève de la Force multinationale dans le maintien de l'ordre dans le pays.

D'autres attaques de moindre importance ont été signalées dans diverses régions du pays.

L'armée irakienne a annoncé avoir arrêté 76 suspects, dont certains seraient liés à al-Qaïda, dans quatre raids menés dans le nord de l'Irak, à Baaqouba et à Mossoul.

Selon le colonel Ismaïl Ibrahim, qui a dirigé l'opération à Baaqouba, 16 des personnes interpellées, parmi lesquelles deux Égyptiens, étaient recherchées.

L'officier a qualifié ces suspects d'«islamistes extrémistes». Il a précisé que des armes et des textes de Zarqaoui avaient été saisis.

En France, en prévision, aujourd'hui, du «centième jour» de captivité en Irak de Florence Aubenas, envoyée spéciale du quotidien Libération, et de son assistant irakien, Hussein Hanoun al-Saadi, toutes les organisations professionnelles de la presse ont signé un appel demandant leur libération. De nombreuses manifestations de solidarité étaient en préparation hier.

Enfin, à Londres, le ministre britannique des Affaires étrangères, Jack Straw, a laissé entendre que la Grande-Bretagne pourrait commencer à retirer des troupes d'Irak l'an prochain.