Macron et Biden veulent chercher ensemble une issue en Ukraine

Le président américain Joe Biden et le président français Emmanuel Macron se serrent la main après une conférence de presse conjointe à Maison-Blanche à Washington, le 1er décembre 2022.
Ludovic Marin Agence France-Presse Le président américain Joe Biden et le président français Emmanuel Macron se serrent la main après une conférence de presse conjointe à Maison-Blanche à Washington, le 1er décembre 2022.

Joe Biden et Emmanuel Macron ont manifesté jeudi à Washington leur volonté de chercher ensemble une issue en Ukraine, mais sans rien rogner de leur soutien à Kiev, à l’occasion d’une visite d’État débordante d’affection diplomatique.

« Je suis prêt à parler à Poutine s’il cherche un moyen de mettre fin à la guerre. Il ne l’a pas encore fait », a dit le président américain lors d’une conférence de presse commune avec son homologue français.

Joe Biden a aussi souligné que toute discussion avec le président russe se ferait « en consultation avec mes amis français et de l’OTAN ».

« Nous resterons unis pour (nous) opposer à la brutalité » de la Russie en Ukraine, a encore dit le démocrate de 80 ans, alors que le conflit entre dans son dixième mois, et surtout dans une rude saison hivernale.

Le président français, dont les positions en la matière ont suscité dans le passé l’incompréhension, voire une certaine irritation des Américains, a lui dit qu’il ne « pousserait jamais les Ukrainiens à accepter un compromis qui serait inacceptable pour eux » concernant l’agression russe, parce que cela ne permettrait pas de construire « une paix durable ».

Dans un communiqué conjoint, les deux pays ont assuré qu’ils continueraient à fournir à Kiev « une aide politique, sécuritaire, humanitaire et économique aussi longtemps qu’il le faudra ».

Frictions commerciales

 

Que ce soit pendant leur conférence de presse ou lors des moments plus solennels de la visite d’État d’Emmanuel Macron, la première organisée par l’administration Biden, les deux dirigeants ont affiché l’entente la plus rayonnante.

Oubliée, la crise ouverte de septembre 2021, quand Washington avait soufflé sous le nez des Français une énorme commande de sous-marins australiens.

 

L’heure est à la coordination, même sur le sujet peut-être le plus contentieux à l’agenda : la politique de transition énergétique de Joe Biden, qui donne sans aucun complexe la priorité aux emplois américains et aux produits « made in USA ».

Le tout, à coup de subventions massives jugées « super agressives » mercredi par Emmanuel Macron, qui craint qu’elles ne compromettent les projets de l’Europe en matière d’énergie verte et de relance industrielle.

« Je ne m’excuse aucunement pour cette législation », a indiqué Joe Biden, promettant toutefois de régler les « défauts » de son « Inflation Reduction Act », pharaonique plan d’investissement dans l’énergie verte, notamment dans les voitures électriques.

Joe Biden s’est engagé à ce que les créations d’emplois aux États-Unis ne se fassent pas « aux dépens de l’Europe », mais les Européens doivent eux « aller plus vite et plus fort » pour avoir « la même ambition » que les Américains, a réclamé Emmanuel Macron.

La Maison-Blanche a déployé tous ses fastes jeudi pour célébrer l’amitié franco-américaine, tandis que les deux hommes se sont efforcés de tempérer la pompe par une touche plus personnelle.

Pourquoi avoir choisi Emmanuel Macron pour sa première visite d’État ? « Parce que c’est mon ami », a simplement dit Joe Biden en se dirigeant vers le Bureau ovale, tandis que le président français lui posait amicalement le bras sur l’épaule.

« Liberté, égalité, fraternité »

« Notre destin commun est de répondre ensemble » aux défis du monde, a dit Emmanuel Macron, peu après que la Marseillaise, puis l’hymne américain eurent retenti sur les pelouses de la Maison Blanche, par un matin radieux et glacial.

Joe Biden s’est lui risqué à prononcer, en français, la devise « Liberté, égalité, fraternité ».

La journée doit se clore par un dîner d’État avec lequel les Américains entendent en remontrer à la France sur le plan culinaire.

La Maison-Blanche a sacrifié 200 homards et présentera exclusivement des vins et des fromages américains.

 

Les deux présidents ont aussi échangé, comme le veut la tradition, des cadeaux. Côté français, l’un des présents est, forcément, romantique : un vinyle de la bande originale du film « Un homme, une femme ».

Il se dit que Joe et son épouse Jill Biden sont allés voir cette oeuvre de Claude Lelouch lors de leur premier rendez-vous galant.

À voir en vidéo