La centrale de Zaporijia à nouveau prise pour cible

Quatre navires supplémentaires chargés de céréales ont quitté dimanche le sud de l’Ukraine.
Photo: Yasin Akgul Agence France-Presse Quatre navires supplémentaires chargés de céréales ont quitté dimanche le sud de l’Ukraine.

Le site de la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijia, la plus grande d’Europe, a été bombardé pour la seconde fois en un peu plus de 24 heures ce week-end.

Comme après les précédents bombardements de vendredi sur ces installations situées dans le sud de l’Ukraine et tombées début mars aux mains des soldats russes, les deux belligérants se sont mutuellement accusés dimanche de les avoir attaquées.

Les autorités d’occupation de la ville d’Energodar, où se trouve la centrale de Zaporijia, ont ainsi affirmé que l’armée ukrainienne avait tiré dans la nuit de samedi à dimanche un engin à sous-munitions avec un « lance-roquettes multiple Ouragan ».

« Les éclats et le moteur de la roquette sont tombés à 400 mètres d’un réacteur en marche », ont-elles poursuivi, ajoutant que cette frappe avait « endommagé » des bâtiments administratifs et touché « une zone de stockage de combustible nucléaire usagé ».

« Il n’y a pas une seule nation au monde qui peut se sentir en sécurité lorsqu’un État terroriste bombarde une centrale nucléaire », a réagi dans son message vidéo quotidien le chef de l’État ukrainien, Volodymyr Zelensky.

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) avait jugé samedi « de plus en plus alarmantes » les informations en provenance de la centrale de Zaporijia, dont l’un des réacteurs a dû être arrêté après l’attaque de la veille.

L’offensive se poursuit

De l’est au sud de l’Ukraine, les opérations militaires se sont poursuivies ce week-end.

Les attaques russes ont fait au moins cinq morts parmi les civils dans la région orientale de Donetsk, a souligné son gouverneur Pavlo Kirilenko.

 

Dans le sud, « les Russes ont attaqué à huit reprises les positions de l’armée ukrainienne » dans la région de Mykolaïv et dans celle de Kherson, a résumé l’état-major ukrainien.

« Nous avons toujours une situation très difficile dans le Donbass, dans la région de Kharkiv et dans le sud, où les occupants tentent de concentrer leurs forces », a pour sa part reconnu le président Zelensky.

Quatre navires de céréales de plus

 

En vertu d’accords récemment signés à Istanbul par les belligérants, quatre navires supplémentaires chargés de céréales ont quitté dimanche le sud de l’Ukraine.

Ce convoi, le deuxième depuis vendredi, « vient de partir des portsd’Odessa et de Tchornomorsk », avec « environ 170 000 tonnes de marchandises liées à l’agriculture », a précisé le ministère ukrainien des Infrastructures.

Le blocage de millions de tonnes de céréales du fait de la guerre a provoqué une envolée des prix des denrées alimentaires dans les pays les plus pauvres et a suscité la crainte d’une crise alimentaire mondiale.

À voir en vidéo