Démission du premier ministre italien Mario Draghi

Mario Draghi a remis sa démission au président Sergio Mattarella qui avait rejeté une offre de démission similaire la semaine dernière.
Photo: Ludovic Marin Archives Agence France-Presse

Mario Draghi a remis sa démission au président Sergio Mattarella qui avait rejeté une offre de démission similaire la semaine dernière.

Le premier ministre italien Mario Draghi a démissionné jeudi après que les principaux alliés de la coalition gouvernementale ont boycotté un vote de confiance, ce qui ouvre la porte à une probabilité d’élections anticipées.

Mario Draghi a remis sa démission au président Sergio Mattarella qui avait rejeté une offre de démission similaire la semaine dernière.

 

Le gouvernement d’unité nationale du premier ministre Draghi a implosé mercredi après que les membres de sa coalition ont rejeté son appel à se regrouper pour terminer le mandat de la législature et assurer la mise en oeuvre du programme de relance en cas de pandémie financé par l’Union européenne (UE).

Au lieu de cela, les partis de centre droit de Forza Italia et de la Ligue et le mouvement populiste 5 étoiles ont boycotté un vote de confiance au Sénat, signe clair qu’ils en avaient fini avec le gouvernement de 17 mois de Mario Draghi.

Les journaux italiens de jeudi ont été unis dans leur indignation face au résultat, étant donné que l’Italie est confrontée à la flambée de l’inflation et des coûts de l’énergie, à la guerre de la Russie contre l’Ukraine et aux réformes en cours nécessaires pour obtenir le reste des 200 milliards d’euros de fonds de relance de l’UE.

Le président Mattarella devait rencontrer les présidents des chambres haute et basse du Parlement plus tard jeudi. Ces consultations précèdent généralement une déclaration publique sur ses intentions.

À voir en vidéo