La chaleur fait des ravages en Europe

Photo: Aris Oikonomou Agence France-Presse Un pompier tente d’éteindre le feu avec une pelle alors qu’un incendie fait rage à Mégare, à l’ouest d’Athènes.

Un bilan provisoire est tombé dans une Espagne traversée par les flammes : plus de 500 personnes seraient mortes en lien avec la vague de chaleur actuelle, selon l’Institut de santé publique Carlos III. Et en réaction à ces chiffres, le premier ministre du pays, Pedro Sánchez, a martelé que « l’urgence climatique est une réalité », que « le changement climatique tue ».

De passage dans la région d’Aragon, le chef d’État espagnol a constaté les ravages des incendies de broussaille et de forêt. Des dizaines de milliers d’hectares sont partis en fumée au cours de ce second épisode caniculaire en à peine un mois.

Photo: Emilio Morenatti Associated Press Une femme tente de se rafraîchir à l’aide d’un éventail, à Barcelone. Plus de 500 personnes seraient décédées dans ce pays en raison de la vague de chaleur actuelle.

L’agence météorologique espagnole estime d’ailleurs, selon des données préliminaires, que la présente canicule serait la plus intense jamais enregistrée au pays et la troisième plus longue. Depuis le 10 juillet, le mercure a fracassé de nombreux records, passant à plusieurs reprises la barre des 40 °C.

Début d’accalmie en France

Par-delà les Pyrénées, la situation semble se calmer. En France, où sévissent toujours d’importants feux de forêt, la situation semble ralentir. Un porte-parole des pompiers, Arnaud Mendousse, a déclaré que « le bilan est plutôt positif », même si les incendies « ne sont toujours pas fixés ».

Les brasiers de La Teste-de-Buch et de Landiras, en Gironde, tous deux déclarés le 12 juillet, n’ont consumé que 300 hectares mercredi, portant le bilan à plus de 20 000 hectares carbonisés.

Autres signes que la situation s’équilibre : aucune évacuation n’a été ordonnée dans la nuit de mardi à mercredi dans cette région du sud-ouest de la France. À ce jour, ce sont près de 36 750 Girondins qui ont laissé derrière eux leur chez-soi.

Le président français, Emmanuel Macron, en visite mercredi à La Teste-de-Buch, a estimé que la France allait devoir « acheter plus » d’avions pour lutter contre les incendies, car les feux de forêt risquent de devenir plus fréquents.

« La nuit a été satisfaisante, la journée est encourageante, [mais] c’est un feu si particulier depuis le début qu’on se garderait bien d’estimer que la difficulté est derrière nous », a déclaré mercredi matin Ronan Léaustic, le sous-préfet d’Arcachon, une localité voisine.

La grogne gagne Londres

 

Au Royaume-Uni, la grogne gagne une partie de la population après que la barre des 40 °C a été surpassée pour la première fois mardi. Des militants écologistes ont ainsi bloqué l’autoroute qui ceint la capitale britannique pour protester contre l’inaction du gouvernement face à la crise climatique.

Photo: Patricia de Melo Moreira Agence France-Presse Deux personnes qui tentaient de fuir les flammes ont perdu la vie dans leur voiture lors d’un feu de forêt, dans le village de Penabeice, à Murca, au Portugal.

Les manifestants ont créé un bouchon monstre d’une quinzaine de kilomètres après avoir franchi des portiques au-dessus de l’autoroute M25 située à Londres. La police a annoncé l’arrestation de trois personnes en lien avec cette action.

« On vient juste d’avoir des températures de 40 °C, ce qu’on prévoit depuis des décennies. Peut-être que ça arrive un peu plus vite, mais ça montre juste à quel point le gouvernement n’est pas préparé au changement climatique, et c’est évident qu’on ne peut pas continuer comme ça », a déclaré un porte-parole du groupe Just Stop Oil, qui milite pour l’arrêt de nouvelles infrastructures liées aux énergies fossiles.

Le vent souffle vers le nord et l’est

Le fléau caniculaire s’est déplacé en Europe de l’Est, alors que des centaines de pompiers ont été déployés en Slovénie, près de la frontière italienne. La région boisée du Karst, dont la végétation a été asséchée par la forte chaleur, est la proie des flammes depuis mardi, et la situation s’est intensifiée mercredi sous l’effet du vent.

« Nous ne parviendrons jamais à contenir le feu dans la journée », a commenté Srecko Sestan, responsable des forces de sécurité civile, cité par le site Internet d’information N1. « Espérons qu’il ne devienne pas le pire dans l’histoire », a-t-il ajouté.

Les températures continuent de grimper en Europe de l’Est, particulièrement en Autriche et en Hongrie, où une « alerte à la chaleur » a été déclenchée.

Photo: Alex Halada Agence France-Presse Un ouvrier enlève les poissons morts du lac Zicksee, en Autriche. La chaleur persistante a entraîné l’assèchement du lac, ce qui a tué une centaine de poissons.

La chaleur accable même les régions nordiques. Le Danemark a défoncé son thermomètre, en enregistrant 35,6 °C à Borris, dans l’ouest du pays, un sommet pour le mois de juillet. Le précédent record de l’endroit, chiffré à 35,3 °C, datait de 1941.

Dans la Suède voisine, une alerte couvrant une vaste partie du pays est en vigueur jusqu’à la fin de la journée de jeudi. « Il fera très chaud, avec des températures allant jusqu’à 30-35 degrés », a averti l’agence météorologique du pays.

Avec Le Devoir

Biden tente de limiter les dégâts

Paralysé au Congrès et limité par la Cour suprême, Joe Biden a malgré tout tenté mercredi de relancer ses promesses climatiques en annonçant de nouvelles mesures.

Le changement climatique est une « menace existentielle pour notre nation et le monde », a martelé le président américain depuis le site d’une ancienne centrale au charbon du Massachusetts en voie de reconversion vers l’énergie éolienne.

« Puisque le Congrès ne fait pas ce qu’il devrait », a regretté le démocrate de 79 ans, qui vient tout juste de subir un revers parlementaire sur son programme environnemental, « je vais utiliser mes pouvoirs exécutifs ». Mais il n’a pas — du moins, pour le moment — déclaré « l’état d’urgence climatique » comme le réclament certains élus de son parti,.

Parmi les décrets présentés mercredi : des fonds pour aider à protéger les régions confrontées à la chaleur extrême et des mesures pour stimuler la production d’énergie éolienne. Son gouvernement veut aussi aider les ménages plus pauvres à
se climatiser.



À voir en vidéo