Irak - Nouvel appel au boycottage des élections

Dubaï — Trois groupes d'activistes irakiens ont menacé hier, dans un communiqué diffusé sur Internet, d'attaquer les Irakiens qui participeraient aux élections du mois prochain.

«Nous appelons les fidèles musulmans à ne pas prendre part à cette entreprise impie consistant à appliquer les lois infidèles des croisés et à remplacer notre grande religion par la laïcité», peut-on lire dans ce communiqué signé conjointement par l'Armée d'Ansar al-Sounna, l'Armée islamique en Irak et l'Armée des moudjahidines.

«Les mains des moudjahidines vont atteindre, si Dieu le veut, ceux qui participent aux élections, les bureaux de vote et ceux qui y travaillent», poursuit ce communiqué daté d'hier et publié sur le site Internet d'Ansar al-Sounna.

La menace de violences planant sur les élections législatives du 30 janvier en Irak, des voix s'élèvent, en Irak et à l'étranger, pour que le scrutin soit reporté jusqu'à ce que la situation se soit stabilisée.

Le principal parti sunnite irakien boycotte le scrutin tandis que de nombreux Irakiens déclarent qu'ils n'iront pas voter par crainte d'attentats à la bombe.

La violence persistait hier sur le terrain alors que douze Irakiens, dont trois gardes nationaux, ont été tués et plusieurs autres blessés dans différentes attaques au nord de Bagdad depuis mercredi soir tandis que l'armée américaine annonçait hier la mort d'un soldat à Mossoul après avoir affirmé avoir tué 25 rebelles dans cette ville du nord de l'Irak.

Par ailleurs, deux hommes d'affaires libanais ont été enlevés mercredi soir à Bagdad par des inconnus. «Des hommes armés ont fait irruption dans une villa du quartier al-Mansour de l'ouest de Bagdad et emmené les deux Libanais vers une destination inconnue», a indiqué une source du ministère de l'Intérieur.

Le ministère des Affaires étrangères libanais a confirmé l'enlèvement en identifiant les deux hommes comme étant Hassan et Ghazi Haydar et demandé à son chargé d'affaires par intérim à Bagdad, Hassan Hijazi, d'entreprendre les contacts nécessaires pour obtenir leur libération.

Avec ces enlèvements, au moins cinq Libanais sont retenus en otages en Irak. Trois Libanais avaient été tués à Bagdad en septembre lors d'une tentative d'enlèvement.

À Bagdad, le gouvernement irakien a annoncé l'arrestation récente d'un lieutenant de l'extrémiste jordanien Abou Moussab al-Zarqaoui après avoir fait état mercredi de l'interpellation d'un autre responsable de son groupe.

«Ce criminel est un Irakien de 26 ans. Connu également sous le nom d'Abou Obeida al-Kurdi Agha Rida, il est un membre éminent du réseau Zarqaoui. Son frère, Omar Bazyani, membre du même réseau, avait été arrêté par la Force multinationale en mai dernier», précise le communiqué.

Mercredi, le gouvernement avait annoncé que la Force multinationale avait arrêté le 23 décembre l'un des lieutenants d'Abou Moussab al-Zarqaoui dans la région de Mossoul, surnommé Abou Marwan.

Abou Moussab al-Zarqaoui est accusé de la plupart des attentats sanglants en Irak et est considéré comme l'ennemi public numéro deux des États-Unis, qui ont mis sa tête à prix pour 25 millions de dollars.