En bref: Dur coup porté à la filière saoudienne d'al-Qaïda

Riyad — Les forces de sécurité saoudiennes ont tué ces deux derniers jours dix membres présumés du réseau al-Qaïda, dont trois personnes soupçonnées d'être des hauts responsables du réseau islamiste, a annoncé hier le ministère de l'Intérieur.

Selon des sources proches des services de sécurité, ces raids — au cours desquels, d'après la police, sept activistes ont trouvé la mort mercredi — constituent le coup le plus dur jamais porté à la filiale saoudienne du réseau al-Qaïda, particulièrement active depuis 19 mois dans ce pays où on lui impute une série d'attentats. Le ministère a précisé que parmi les activistes tués se trouvaient Sultan Bedjaad al-Oteibi et Bandar Abdoulrahman Dakhil, figurant tous les deux sur la liste des 26 individus les plus recherchés dans le royaume wahhabite. Badr Mansour al-Soubeiei, présenté comme un haut responsable du «groupe déviant» — expression que le gouvernement emploie pour désigner al-Qaïda —, a également trouvé la mort, a ajouté le ministère.