En bref - Abus de l'armée angolaise

L'organisation de défense des droits de l'homme Human Rights Watch (HRW) a appelé hier le gouvernement angolais à mettre fin aux abus commis par l'armée, qu'elle accuse de violer, torturer et exécuter des civils dans la région pétrolière de Cabinda (nord).

En 2003, «l'armée angolaise a procédé à des exécutions sommaires, à des arrestations et détentions arbitraires, à des tortures et autres mauvais traitements contre des civils, ainsi qu'à des violences sexuelles», a dénoncé l'organisation basée à New York dans un communiqué reçu à Johannesburg. Fin 2002, quelque 30 000 soldats de l'armée angolaise ont été déployés dans la région de Cabinda, enclavée entre l'Angola, le Congo et la République démocratique du Congo (RDC), pour mettre fin à des troubles séparatistes entamés en 1963. «Alors que le conflit est terminé, l'armée angolaise continue à commettre des crimes contre des civils à Cabinda», a déclaré Peter Takirambudde, directeur de HRW pour l'Afrique. La guerre civile en Angola, entamée au lendemain de l'indépendance de cette ancienne colonie portugaise, en 1975, s'est achevée en avril 2002.