En bref - Grand froid entre Riyad et Tripoli

Riyad — L'Arabie Saoudite a annoncé hier le rappel à Riyad de son ambassadeur à Tripoli et a demandé à Tripoli de faire de même après la condamnation aux États-Unis d'un activiste musulman accusé d'une tentative présumée de complot libyen pour assassiner le prince hériter saoudien Abdallah.

«La procédure que nous avons adoptée est de rappeler l'ambassadeur d'Arabie Saoudite en Libye et de demander à la Libye de retirer son ambassadeur», a déclaré le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Saoud al-Faycal. «Le royaume tient à confirmer qu'il s'est limité à cette procédure et qu'il n'a pris aucune autre mesure, malgré l'atrocité des faits», a-t-il ajouté. En octobre, la justice américaine a condamné à 23 ans de prison Abdurahman al-Amoudi, fondateur du Conseil musulman américain et président de la Fédération musulmane américaine. Ce dernier, de nationalité américaine, a été reconnu coupable de transactions financières illégales avec la Libye et de participation en 2003 à un complot ourdi par Tripoli et visant à assassiner le prince Abdallah.