Que retenir de ce 41e jour de guerre en Ukraine?

La Commission européenne propose de durcir pour une nouvelle fois ses sanctions envers la Russie.
Photo: Felipe Dana Associated Press La Commission européenne propose de durcir pour une nouvelle fois ses sanctions envers la Russie.

Zelensky devant les Nations unies

Pour la première fois depuis le début de la guerre, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, s’est adressé mardi directement au Conseil de sécurité de l’ONU. Il a exhorté les dirigeants à agir « immédiatement » face aux « crimes de guerre » commis selon lui par la Russie dans son pays, sans quoi les Nations unies n’auraient qu’à « simplement fermer ».

À la suite de ce discours solennel retransmis en direct par vidéo, le président Zelensky a fait diffuser des images très crues de personnes tuées en Ukraine. Il a ainsi appelé à ce que la Russie soit exclue du Conseil de sécurité, où sa présence comme membre permanent rend une telle décision impossible en pratique. Il a également plaidé pour une réforme du système de l’ONU, afin que « le droit de veto ne signifie pas le droit de tuer ».

Après cette déclaration, le représentant russe au Conseil de sécurité, Vassily Nebenzia, a répondu au président ukrainien que son pays n’était « pas venu en Ukraine conquérir des territoires ».

Près de 200 diplomates russes expulsés

 

Après la France et l’Allemagne lundi, l’Italie, l’Espagne et la Slovénie ont à leur tour expulsé de nombreux diplomates russes, mardi, marquant une nouvelle dégradation des relations avec Moscou.

Près de 200 diplomates russes ont ainsi été expulsés d’Europe en 48 heures.

Dans la foulée, le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, a déclaré persona non grata 19 membres de la représentation de la Russie auprès de l’Union européenne à cause « d’activités contraires » à leur statut de diplomate, une allusion à des activités d’espionnage et de désinformation.

Une cinquième salve de sanctions européennes

 

La Commission européenne propose de durcir pour une nouvelle fois ses sanctions envers la Russie. La présidente de l’organisme supranational, Ursula von der Leyen, a notamment plaidé mardi pour l’« interdiction d’importation de charbon en provenance de Russie, d’une valeur de 4 milliards d’euros par an ». Ce charbon représente 45 % des importations de l’Union européenne.

Bruxelles propose également de durcir les sanctions financières existantes, avec une interdiction totale des transactions avec quatre grandes banques russes. La Commission souhaite également que les bateaux contrôlés ou exploités par des entités ou individus russes soient interdits dans les ports européens, sauf pour quelques produits essentiels.

Les propositions de Bruxelles doivent être discutées mercredi par les représentants des Vingt-Sept avant une réunion lundi des ministres européens des Affaires étrangères. Les sanctions requièrent l’unanimité.

La Pologne se prépare

 

La Pologne a signé mardi l’achat de 250 chars de combat américains Abrams, a confirmé son ministère de la Défense.

Cet achat estimé à 4,75 milliards de dollars américains s’inscrit dans un effort de renforcement de l’armée polonaise afin de dissuader une éventuelle agression russe à la frontière du pays.

Depuis le début de l’invasion russe en Ukraine, 5000 soldats américains ont été envoyés en Pologne pour « rassurer les alliés de l’OTAN ».

Des hôpitaux bombardés

 

Trois hôpitaux de Mykolaïv, dans le sud de l’Ukraine, « ont été touchés par des bombardements » dimanche et lundi, a indiqué mardi l’organisation non gouvernementale Médecins sans frontières (MSF), présente sur place.

Le maire de Mykolaïv, Oleksandre Senkevitch, avait annoncé lundi que 10 civils avaient été tués et au moins 46, blessés, dans des bombardements de l’armée russe sur la ville dans la journée.

Les troupes russes ont quitté la région de Mykolaïv il y a quelques jours, à la faveur d’un repositionnement des forces armées.

Avec l’Agence France-Presse

À voir en vidéo