Les discussions portant sur le nucléaire iranien «touchent au but»

Les installations nucléaires d'Arak, à 250 kilomètres au sud-ouest de Téhéran, en Iran
Photo: Hamid Foroutan Agence France-Presse Les installations nucléaires d'Arak, à 250 kilomètres au sud-ouest de Téhéran, en Iran

Les États-Unis ont jugé mercredi qu’un compromis était « proche » pour sauver l’accord sur le nucléaire iranien, après plusieurs signaux positifs, dont la levée d’un des derniers obstacles et la libération de deux Irano-Britanniques, même si la prudence reste de mise dans un contexte géopolitique tendu.

« Nous sommes proches d’un possible accord, mais nous n’y sommes pas encore », a déclaré mercredi le porte-parole de la diplomatie américaine, Ned Price, appelant à « résoudre urgemment » les dernières divergences. « Nous pensons que les questions en suspens peuvent être surmontées », a-t-il assuré.

« C’est bien parti », confirme un diplomate occidental, tandis qu’une autre source espère une conclusion « cette semaine » dans un dossier où les échéances ont rarement été respectées.

Début mars, on évoquait déjà l’imminence d’un accord. Mais vendredi, les pourparlers de Vienne, qui visent à sauver le pacte de 2015 destiné à empêcher Téhéran de se doter de la bombe atomique, étaient abruptement suspendus, et le négociateur iranien Ali Baghéri repartait bredouille.

En cause : des garanties réclamées par la Russie pour que les sanctions la visant en raison de la guerre en Ukraine ne concernent pas sa coopération avec Téhéran.

Initialement, la requête ne portait que sur le domaine nucléaire et paraissait « raisonnable », mais elle avait ensuite été élargie, se heurtant au refus des Américains, avait expliqué une source proche de l’Union européenne, coordinatrice des discussions. Finalement, une visite à Moscou du chef de la diplomatie iranienne a débloqué les choses, la Russie disant avoir reçu les garanties nécessaires.

« Il est maintenant clair que la manœuvre tactique de la Russie, qui a tenté de se servir de l’accord pour faire une brèche dans le régime de sanctions occidentales liées à l’Ukraine, n’a pas fonctionné », commente pour l’AFP Ali Vaez, de l’organisation de prévention des conflits International Crisis Group.

Selon l’UE, l’essentiel du texte sur le nucléaire est prêt et « on en est au stade des notes de bas de page ».

« Deux sujets » à régler

Téhéran assure de son côté qu’il ne reste plus que « deux sujets » à régler avec les États-Unis, qui avaient quitté l’accord en 2018 sous la présidence de Donald Trump. En réaction, la République islamique s’est progressivement affranchie des limites imposées à son programme nucléaire.

Le but des pourparlers — entre l’Iran d’un côté ; la Chine, la Russie, la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne et, indirectement, les États-Unis de l’autre — est donc de faire revenir les deux parties à leurs engagements respectifs.

Mais Téhéran craint que Washington ne renie encore sa parole une fois le président Joe Biden parti. Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, a de nouveau insisté mercredi sur cette question d’une « garantie économique » qui protégerait le pays de sanctions internationales si l’histoire devait se répéter.

L’autre point de contentieux porte sur les Gardiens de la Révolution, armée idéologique dont l’Iran demande le retrait de la liste noire, d’après une source proche du dossier.

Les négociateurs ne peuvent se permettre « d’échouer maintenant », veut croire M. Vaez. « Trop de temps, d’énergie et de capital politique ont été investis, et les alternatives sont bien moins séduisantes », dit-il.

De l’espoir

Autre lueur d’espoir, deux Irano-Britanniques condamnés en Iran à de la prison pour des accusations qu’ils ont toujours niées ont été libérés mercredi.

« C’est un autre élément suggérant que les discussions », qui ont démarré en avril 2021 dans la capitale autrichienne, « touchent au but », estime dans une note Henry Rome, chez Eurasia Group.

Alors que l’Iran retient une dizaine de détenteurs de passeports occidentaux, le sort des quatre « otages » américains est aussi dans la balance. L’émissaire américain Robert Malley a promis qu’ils ne seraient pas oubliés et Ned Price a exhorté Téhéran à des « progrès urgents » vers leur libération.

« Un nouveau coup de théâtre » n’est pas exclu, préviennent toutefois experts et diplomates.

« Chaque heure qui passe accroît le risque que le conflit en Ukraine ne vienne compliquer les discussions », tant il bouleverse l’ordre géopolitique, souligne Daryl Kimball, de l’Arms Control Association, interrogé par l’AFP. Or, au vu du développement du programme nucléaire iranien, qui enrichit désormais l’uranium à un taux de 60 %, proche des 90 % nécessaires à la confection d’une bombe, « une restauration rapide du pacte de 2015 est essentielle pour éviter une autre crise majeure », ajoute-t-il.

Mercredi, l’Agence internationale de l’énergie atomique, gendarme onusien du nucléaire, a émis un rapport donnant de nouveaux détails sur ces avancées techniques, qui se sont poursuivies au moment même où s’intensifiaient les pourparlers à Vienne.

À voir en vidéo