Poutine prévient qu’une zone d’exclusion aérienne ferait des pays impliqués des cobelligérants

«Ces sanctions qui sont mises en place, cela s’apparente à une déclaration de la guerre», a estimé Vladimir Poutine.
Photo: Mikhail Klimentyev Agence France-Presse «Ces sanctions qui sont mises en place, cela s’apparente à une déclaration de la guerre», a estimé Vladimir Poutine.

Le président russe Vladimir Poutine a souligné samedi que la Russie considérerait comme cobelligérant tout pays tentant d’imposer une zone d’exclusion aérienne au-dessus de l’Ukraine, une revendication de Kiev que l’OTAN a rejetée, et a affirmé que les sanctions imposées à son pays s’apparentaient « à une déclaration de guerre ».

« Nous entendons qu’il serait nécessaire de mettre en place une zone d’exclusion aérienne au-dessus du territoire ukrainien. Mais il est impossible de faire cela depuis le territoire ukrainien, c’est seulement possible de le faire depuis le territoire de pays voisins », a déclaré M. Poutine, lors d’une rencontre avec des employées des compagnies aériennes russes.

Mais toute mesure en ce sens serait considérée par Moscou « comme une participation au conflit armé de tout pays » dont le territoire serait utilisé pour « créer une menace envers nos militaires », a-t-il ajouté.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a vivement critiqué vendredi le refus de l’OTAN de mettre en place une zone d’exclusion aérienne en Ukraine pour neutraliser les capacités largement supérieures de la Russie dans les airs.

Les pays occidentaux refusent d’accéder à cette requête, complexe à mettre en œuvre, au motif que cela entraînerait un risque important de conflit direct avec la Russie, dont des militaires interviennent en Ukraine depuis le 24 février.

Mais ils ont imposé une série de lourdes sanctions contre la Russie en représailles à l’offensive russe en Ukraine.

« Beaucoup de choses qui se passent actuellement […] et auxquelles on fait face, ce sont des moyens de mener une lutte contre la Russie. Ces sanctions qui sont mises en place, cela s’apparente à une déclaration de la guerre », a estimé Vladimir Poutine.

« Mais Dieu merci, on n’en est pas encore arrivé là », a-t-il ajouté.

À voir en vidéo