Le Canada déterminé à poursuivre les évacuations en Afghanistan

Depuis le retour des talibans au pouvoir en Afghanistan, le Canada a orchestré le départ de 3700 personnes. Ottawa dit avoir également «sécurisé» des sièges sur des vols américains.
Photo: Nicholas Guevara, U.S. Marine Corps via Agence France-Presse Depuis le retour des talibans au pouvoir en Afghanistan, le Canada a orchestré le départ de 3700 personnes. Ottawa dit avoir également «sécurisé» des sièges sur des vols américains.

Face à un vent de critiques sur ses opérations d’évacuation en Afghanistan et sur l’abandon d’Afghans ayant travaillé pour lui dans les dernières années, le Canada a assuré vendredi qu’il allait poursuivre ses exfiltrations au-delà du 31 août prochain et a réitéré ses intentions de venir en aide aux candidats à l’exil, particulièrement les personnes risquant de subir la répression du nouveau régime taliban.

« Même si nous n’avons pas pu évacuer autant d’Afghans que nous le voulions, nous continuons de travailler avec nos alliés sur le terrain et avec nos partenaires régionaux pour faire sortir les personnes qui le souhaitent », a indiqué le ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, Marco Mendicino, lors d’une conférence de presse téléphonique tenue vendredi matin.

Le gouvernement a dit qu’il déployait ses énergies « jour et nuit » afin d’encadrer et de favoriser le départ des employés afghans, présents et passés, ayant œuvré au sein de ses services consulaires sur place, mais également des femmes, des militants pour les droits de la personne, des représentants des minorités religieuses, des membres de la communauté LGBTQ+ et des journalistes qui souhaitent fuir l’Afghanistan pour trouver refuge au Canada, a précisé le ministre. « Après le retrait des troupes internationales, notre engagement va demeurer de soutenir les Afghans », a dit M. Mendicino.

Depuis le retour des talibans au pouvoir, le Canada a orchestré le départ de 3700 personnes, « dont la plupart sont des Afghans », a dit le ministre. Ottawa dit avoir également « sécurisé » 500 sièges sur des vols américains, jeudi, afin de poursuivre ses opérations d’évacuation d’ici la fin du mois.

Nous n’avons pas pu sortir tout le monde. Mais ne perdez pas espoir. Nous continuons d’être là et de faire notre travail pour trouver tous les moyens possibles d’aider les gens.

 

Présent lors de cette conférence depresse, le ministre des Affaires étrangères, Marc Garneau, a précisé qu’à ce jour, tous les employés canadiens de l’ambassade du Canada à Kaboul avaient quitté le pays, tout comme huit militaires ayant pris part au pont aérien dans les derniers jours. Il a reconnu qu’une quinzaine d’employés des services consulaires canadiens, d’origine afghane, attendaient toujours de partir et étaient sur une liste prioritaire « des gens que nous voulons évacuer », a-t-il dit.

« Nous n’avons pas pu sortir tout le monde, a dit M. Garneau. Mais ne perdez pas espoir. Nous continuons d’être là et de faire notre travail pour trouver tous les moyens possibles d’aider les gens. »

« Grande instabilité »

Au lendemain du double attentat revendiqué par le groupe terroriste État islamique à l’aéroport de Kaboul, Ottawa suggère désormais aux aspirants à l’exil toujours sur place de rester encore un peu en Afghanistan et de quitter le pays plus tard. « Nous sommes dans une période — que j’espère temporaire — de grande instabilité », a dit M. Garneau en parlant de la « phase terminale de l’évacuation ». « Le portrait pourrait devenir plus clair dans les jours à venir. Nous suggérons aux personnes qui sont encore sur place d’y rester jusqu’à ce que la situation se clarifie un peu plus. » Quant à ceux qui sont sortis du pays pour atteindre un pays tiers et sécuritaire, le Canada s’engage à les « amener jusqu’ici », a assuré le ministre.

Le portrait pourrait devenir plus clair dans les jours à venir. Nous suggérons aux personnes qui sont encore sur place d’y rester jusqu’à ce que la situation se clarifie un peu plus.

 

Ottawa dit espérer une reprise de l’activité normale à l’aéroport de Kaboul dans un avenir rapproché, normalisation qui pourrait ainsi faciliter les déplacements entre l’Afghanistan et le reste du monde. Le ministre Garneau a par ailleurs nommé l’ex-ambassadeur canadien à Kaboul David Sproule au poste de haut fonctionnaire pour l’Afghanistan. Dépêché à Doha, au Qatar, l’homme doit prendre part aux discussions entre le Canada, les États-Unis, l’Union européenne, ainsi que des puissances régionales du Moyen-Orient sur l’avenir de l’Afghanistan et l’aide que la communauté internationale pourrait accorder à ses citoyens.

« Les besoins humanitaires vont s’accroître dans les semaines et les mois à venir », a résumé Karina Gould, ministre du Développement international, tout en soulignant que l’aide canadienne reste en place pour ce pays, malgré l’instabilité politique et sociale induite par le retour des talibans.

Elle a également assuré que le Canada était « en contact direct avec les femmes avec qui nous avons travaillé en Afghanistan » pour leur fournir l’aide nécessaire pour quitter le pays et nous assurer qu’elles sont protégées des attaques des talibans, ajoutant: « Nous travaillons contre la montre pour leur venir en aide ».

Réseau mobilisé

Le nombre de Canadiens restant à évacuer reste incertain pour le gouvernement fédéral, qui a indiqué ne pas avoir un portrait juste des évacuations à venir, les ressortissants canadiens n’ayant pas l’obligation de s’inscrire sur les registres consulaires lors de leur déplacement à l’étranger. « Nous les encourageons à le faire », a dit M. Garneau.

Ottawa a par ailleurs mobilisé ses réseaux d’ambassades et de consulat dans les pays voisins de l’Afghanistan où des réfugiés pourraient avoir réussi à se rendre, par voie terrestre, afin de leur venir en aide.

« Nous travaillons également avec nos alliés dans la région afin de donner suite aux engagements que nous avons pris envers le peuple afghan, de l’aider à protéger les acquis importants qu’il a obtenus et empêcher le pays de redevenir un refuge pour le terrorisme », a dit le ministre Garneau.

À voir en vidéo