cache information close 

Sharon lâche du lest

Ariel Sharon
Photo: Ariel Sharon

Jérusalem — Israël a adopté hier plusieurs mesures de confiance à l'endroit des Palestiniens, après des entretiens du premier ministre Ariel Sharon avec l'émissaire américain Elliot Abrams.

Le ministre de la Défense Shaoul Mofaz a autorisé les policiers palestiniens à porter de nouveau des armes en Cisjordanie afin de leur permettre «de faire face à la situation d'anarchie», a indiqué son porte-parole. Cette décision sera appliquée au vu de listes de policiers établies par le Shin Beth, le service israélien de sécurité intérieure.

Le premier ministre palestinien, Ahmad Qoreï, a récemment indiqué que des policiers en uniformes patrouilleraient en Cisjordanie et à Gaza pour tenter de ramener le calme, mais qu'ils ne pourraient y parvenir, Israël ayant interdit à la police de porter des armes depuis le début de l'intifada en septembre 2000. La Cisjordanie et la bande de Gaza ont été récemment le théâtre de graves désordres, dont des enlèvements et des attaques contre des bâtiments gouvernementaux.

Israël a par ailleurs décidé de geler la construction de 145 logements dans la colonie de Maalé Adoumim (28 000 habitants), située en Cisjordanie au nord de Jérusalem, après l'approbation lundi par le gouvernement de la construction de 600 logements, a indiqué la télévision publique.

Mais le maire de la colonie, Benny Kachriel, a relativisé cette décision, indiquant qu'«en fait la construction de ce lot de 600 logements avait déjà été approuvée à l'époque du gouvernement travailliste d'Éhoud Barak» en 1999. «Nous en avons vendu 465 et le gel annoncé jeudi [hier] concerne apparemment le reste des logements.»

Dans la foulée, un porte-parole de l'armée a annoncé que le terminal de Rafah, entre l'Égypte et la bande de Gaza, serait rouvert ce matin après avoir été fermé depuis plus de deux semaines «à la suite d'alertes sur des tentatives d'attentats terroristes».

Quelque 3400 Palestiniens étaient depuis bloqués dans des conditions pénibles du côté égyptien du terminal, selon un responsable des garde-frontières égyptiens. Ces décisions ont été annoncées au moment où un émissaire américain s'entretenait avec les dirigeants israéliens après une rencontre avec le premier ministre palestinien.

M. Abrams, qui a rencontré M. Sharon et son chef de la diplomatie Sylvan Shalom, leur a fait part du mécontentement de Washington à propos de la poursuite de la colonisation, qui contrevient aux exigences de la feuille de route, le plan de règlement du conflit israélo-palestinien établi par le quartette (États-Unis, Russie, Union européenne, ONU).