Haïti - Les soldats canadiens rentreront bientôt

Toronto — Les soldats canadiens qui font partie de la force multinationale dirigée par les États-Unis en Haïti rentreront au Canada à la mi-août, au moment où les Nations unies déploieront dans le pays leur propre force de maintien de la paix, a indiqué leur commandant hier.

Un nombre suffisant de soldats sera envoyé afin de maintenir l'effectif militaire de l'opération, mis sur pied après une rébellion de trois semaines qui a culminé avec le départ du président haïtien Jean-Bertrand Aristide, a expliqué le lieutenant-colonel Jim Davis, lors d'une conférence téléphonique d'Haïti.

Dans quelques semaines, environ 60 % de la force de la Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH) sera déployée, a-t-il assuré.

«Il y a suffisamment de soldats pour assurer la stabilité jusqu'à l'arrivée de tous les militaires de la MINUSTAH, au milieu ou vers la troisième semaine du mois d'août», a indiqué M. Davis.

Les secteurs de Port-au-Prince et des Gonaïves, densément peuplés et en proie aux agitations les plus graves, sont maintenant pacifiés et la force d'intervention se préoccupera désormais de parvenir au même résultat dans les zones plus éloignées où l'ONU n'assure encore aucune présence, a ajouté le commandant canadien. «Lorsque les militaires de la MINUSTAH arriveront, ils seront envoyés en priorité dans ces villes», a-t-il dit.

Alors que la force d'intervention s'apprête à passer le relais, M. Davis a dit que ses soldats — la plupart envoyés en Haïti juste après la rébellion — sont prêts à rentrer au Canada. «J'observe chez eux certains signes de fatigue physique, et je pense qu'ils seront soulagés de rentrer à la maison», a-t-il dit.

En juin, la force d'intervention menée par les États-Unis, qui comptait environ 500 soldats canadiens, a officiellement été remplacée par une mission de maintien de la paix de l'ONU menée par le Brésil. «Les soldats canadiens sont venus ici avec le mandat d'assurer la paix et la sécurité, a dit M. Davis. Nous avons tout fait pour contribuer à l'amélioration du quotidien des Haïtiens.»

Pendant que cette transition s'opère sur le plan militaire, la chute d'Aristide continue de faire des vagues.

Mercredi, des milliers d'anciens partisans d'Aristide ont manifesté dans les quartiers pauvres de Port-au-Prince pour réclamer son retour.