Moore conseille à Kerry de ne pas glisser trop au centre

Boston — Le polémiste américain Michael Moore a vivement conseillé hier au candidat présidentiel John Kerry, lors d'une conférence de presse à Boston, de ne pas faire l'erreur de courtiser les électeurs centristes, car il pourrait ainsi s'aliéner de nombreuses voix de gauche.

«Si vous vous déplacez vers la droite pour gagner quelques voix supplémentaires, vous allez encourager du même coup des millions [d'Américains] à rester chez eux» le 2 novembre, a prévenu le réalisateur de Fahrenheit 9/11, lors d'une conférence de presse en marge de la convention démocrate.

Il a encouragé au contraire John Kerry à affirmer des valeurs progressistes, estimant que la majorité autrefois silencieuse penchait aujourd'hui à gauche.

Le cinéaste s'est inscrit en faux contre les sondages qui voient John Kerry et George Bush au coude à coude, rappelant qu'ils se basent sur une estimation du nombre d'électeurs attendus et que 50 % du pays a pris l'habitude de ne pas voter.

«Il va y avoir une grande surprise le 2 novembre. Nous allons connaître notre plus fort taux de participation, parce que les gens sont en colère et veulent sortir Bush de la Maison-Blanche», a-t-il estimé.

«Le 11 septembre a rendu les gens plus attentifs. Aujourd'hui, c'est cool de parler de politique et pas cool d'être apathique. Avant, quand on se passionnait pour la politique, on passait pour un peu zinzin, a-t-il expliqué. Mais les médias n'ont pas noté ce glissement dans le pays.»

Le cinéaste, coiffé de son éternelle casquette, avait reçu un accueil digne d'une star de rock, applaudi à tout rompre par plusieurs centaines de fans et militants sous les flashs des photographes.