Présidentielle afghane - Karzaï est candidat

Kaboul — Le président afghan, Hamid Karzaï, a officiellement annoncé hier sa candidature à l'élection présidentielle du 9 octobre, qui l'opposera notamment à son ministre de l'Éducation, Younous Qanooni, candidat de l'Alliance du Nord, ancienne coalition antitaliban à majorité tadjike.

À la surprise générale, M. Karzaï s'est adjoint, comme premier vice-président, Ahmed Zia Massoud, frère du «héros national» et défunt commandant Ahmed Shah Massoud, assassiné en septembre 2001 par al-Qaïda, cela au détriment de son ancien allié et actuel homme fort du pays, le maréchal Mohammed Qasim Fahim.

«Je vous annonce que j'ai déposé aujourd'hui mon dossier de candidature à la Commission électorale pour l'élection présidentielle», a déclaré le chef de l'État à l'issue d'une journée d'intenses négociations entre les principaux acteurs politiques du pays. Le président Karzaï avait indiqué depuis plusieurs mois qu'il serait candidat à la présidentielle, mais les observateurs s'attendaient à ce qu'il choisisse comme colistier son vice-président et ministre de la Défense sortant, Mohammed Fahim.

L'Alliance du Nord — et en particulier les commandants de la faction du Jamiat originaire de la vallée du Panchir, au nord de Kaboul — domine depuis fin 2001 le gouvernement de transition.

Pour les premières élections démocratiques de l'histoire de l'Afghanistan, le président Karzaï, un Pachtoune du sud, s'opposera donc à la principale force militaro-politique du pays, qui représente les Tadjiks du nord et en particulier de la vallée du Panchir. En se présentant aux côtés d'Ahmed Zia Massoud, M. Karzaï tente ainsi de diviser l'Alliance du Nord et de flatter une partie de l'électorat tadjik.