En bref: Toledo clame son innocence

Lima — Le président péruvien, Alejandro Toledo, a rejeté hier des accusations de corruption qu'il a qualifiées de «conspiration contre la démocratie» et s'est déclaré prêt à faire lever le secret bancaire sur ses comptes au Pérou et à l'étranger.

M. Toledo réagissait à des déclarations, publiées hier par l'hebdomadaire péruvien Caretas, de son ancien conseiller juridique, César Almeyda, actuellement emprisonné, selon lesquelles le président posséderait cinq millions de dollars dans un compte au Luxembourg, provenant de pots-de-vin. «Quand le moment sera venu, si la justice le considère indispensable et si cela est nécessaire, je n'ai aucune crainte et je veux que vous sachiez que j'autoriserai, dans le cadre de la loi, la levée du secret bancaire me concernant au Pérou et dans le monde», a déclaré M. Toledo à la presse. L'hebdomadaire Caretas affirme avoir interviewé à plusieurs reprises M. Almeyda depuis mars, dans sa prison, pour tenter de le convaincre de collaborer avec la justice. Selon Caretas, M. Almeyda, accusé de trafic d'influence, «n'a pas voulu mentionner de quantités spécifiques» concernant les pots-de-vin présumés, «mais il a reconnu qu'elles dépassaient largement les cinq millions de dollars». L'ex-conseiller de M. Toledo a déclaré au journal que les pots-de-vin étaient liés en partie à un dessous-de-table de deux millions de dollars versé à M. Almeyda par la brasserie colombienne Bavaria, dont M. Toledo aurait touché une partie.