La pandémie en «expansion» dans le monde, le Royaume-Uni respire

La pandémie, « en pleine expansion » dans le monde selon l’OMS, a fait plus d’un million de morts en Europe, tandis que les Anglais réinvestissaient lundi terrasses de pubs et salons de coiffure grâce à une nette amélioration de la situation sanitaire au Royaume-Uni.

« Nous sommes actuellement à un point critique de la pandémie », a déclaré Maria Van Kerkhove, la responsable technique de la lutte contre le COVID-19 à l’Organisation mondiale de la santé, au moment où le bilan dans le monde avoisine les trois millions de morts (2 937 355 décès).

« La trajectoire de cette pandémie est en pleine expansion. Elle croît de manière exponentielle. Ce n’est pas la situation dans laquelle nous voulons nous trouver 16 mois après le début de la pandémie, d’autant plus que nous disposons de mesures de contrôle efficaces », a-t-elle fait valoir.

L’Europe a franchi lundi la barre du million de morts de la COVID-19, selon un comptage réalisé par l’AFP à partir de bilans fournis par les autorités de santé.

Les 52 pays et territoires de la région (qui va à l’est jusqu’à l’Azerbaïdjan et la Russie) totalisent au moins 1 000 288 décès (pour 46 496 560 cas), devant l’Amérique latine et les Caraïbes (832 577 décès), les États-Unis / Canada (585 428 décès) et l’Asie (285 824 décès).

L’Inde, pays de 1,3 milliard d’habitants, a dépassé lundi le Brésil, devenant le deuxième pays parmi les plus touchés par la pandémie.

Il a enregistré une augmentation rapide des nouvelles contaminations ces dernières semaines, le nombre total de cas s’élevant à 13,5 millions, contre 13,48 millions enregistrés au Brésil.

« Le pays entier a été complaisant — nous avons autorisé les rassemblements sociaux, religieux et politiques », a déclaré à l’AFP Rajib Dasgupta, professeur de santé à l’Université Jawaharlal Nehru, « plus personne ne faisait la queue » pour respecter la distanciation physique.

L’Allemagne a pour sa part franchi le seuil des 3 millions de contaminations.

« Cette troisième vague est peut-être la plus dure », a dit lundi la chancelière Angela Merkel.

Déplorant des « chiffres de contamination beaucoup trop élevés », la chancelière, qui s’est déclarée récemment favorable à un reconfinement national pour une brève période, a rappelé que la vaccination était « l’arme la plus importante contre le virus ».

Les Anglais en terrasse

Dans les pubs londoniens, certains étaient à la Guinness, d’autres avaient choisi un petit déjeuner à l’anglaise — saucisse, haricots et œufs — accompagné d’une boisson chaude. « Cheeeeers ! », lançaient-ils en levant leur verre, portable à la main pour immortaliser le moment avec un égoportrait.

« Ça arrive enfin, après tous ces mois ! » s’exclame Kobi Wise, 32 ans, en savourant une bière fraîche au Half Moon, pub de l’Est londonien dans le « beer garden » duquel il s’est rendu dès l’ouverture.

À Oxford Street, l’une des principales artères commerçantes de Londres, des clients masqués ont formé des queues devant des magasins de vêtements dès 5 h 30, bravant le froid deux heures avant les premières réouvertures des commerces non essentiels.

Dans toute l’Angleterre, les coiffeurs sont surmenés, certains ayant rouvert dès minuit pour répondre à la demande.

Ces scènes sont rendues possibles grâce à une nette amélioration de la situation sanitaire au Royaume-Uni, pays le plus endeuillé d’Europe avec plus de 127 000 morts, sous l’effet d’un strict confinement et d’une vaccination massive.

Bientôt 100 000 morts en France

Le Royaume-Uni, confiné pour la troisième fois début janvier, compte désormais moins de 3000 cas et moins de 50 décès par jour.

Le pays vaccine aussi à tour de bras : près de 60 % de la population a reçu une première dose, soit la plus grande partie des plus de 50 ans.

Des allègements de restrictions sanitaires sont également attendus cette semaine en Italie, en Irlande, en Slovénie et en Grèce.

L’Irlande a néanmoins décidé lundi de réserver aux plus de 60 ans le vaccin AstraZeneca, en raison des craintes autour de cas de formation de rares caillots sanguins. Cette décision doit entrer en vigueur dès mardi.

En France, la vaccination a été élargie dès lundi à toutes les personnes âgées de 55 ans et plus. Elles recevront l’AstraZeneca ou le vaccin de Johnson & Johnson, livré à partir de lundi.

La cadence de la campagne vaccinale est un enjeu crucial, au moment où le pays est frappé par une violente troisième vague, dans une Europe qui connaît des situations contrastées.

La France a dépassé lundi la barre des 99 000 décès depuis le début de l’épidémie, et devrait franchir les 100 000 cette semaine. Le nombre de malades en réanimation, qui continue sa progression, dépasse désormais les 5900.

Ramadan sous contrainte

Des millions de musulmans s’apprêtent à entrer cette semaine dans le jeûne sacré du ramadan, l’un des cinq piliers de l’islam.

Presque tous les pays musulmans ont imposé des restrictions aux fidèles, leur demandant de prier chez eux, instaurant parfois des couvre-feux.

Les autorités saoudiennes ont annoncé début avril que seules les personnes vaccinées contre la COVID-19 seraient autorisées à effectuer la omra, le petit pèlerinage à La Mecque.

Avec les bureaux de l’AFP dans le monde

À voir en vidéo: