Libération de la dissidente cubaine Marta Beatriz Roque

La Havane — La dissidente cubaine Marta Beatriz Roque, condamnée l'an dernier à 20 ans de prison et seule femme parmi les 75 dissidents emprisonnés à l'époque, a été libérée hier, a-t-on appris de source dissidente.

Sa libération est intervenue à la mi-journée, a précisé à l'AFP Vladimiro Roca, porte-parole du groupe dissident Todos Unidos.

Marta Beatriz Roque, 58 ans, une économiste de formation, ex-présidente de l'Assemblée pour la promotion de la société civile (interdite), est l'une des figures de proue de la dissidence cubaine. Elle a également dirigé l'Institut cubain des économistes indépendants.

Elle avait été arrêtée le 20 mars 2003 et condamnée en avril suivant à 20 ans de prison à l'occasion de la plus dure vague de répression du régime castriste.

Les raisons de la libération de la dissidente, qui avait des problèmes de diabète, d'hypertension ainsi qu'une paralysie faciale en prison, n'étaient pas encore connues.

Marta Beatriz Roque est le septième des 75 opposants emprisonnés l'an dernier à être libéré depuis avril, date à laquelle les autorités cubaines ont entamé une série de libérations au compte-gouttes de dissidents, la plupart pour des raisons de santé.

La libération des opposants est réclamée avec insistance par la communauté internationale et notamment par l'Union européenne (UE), qui a gelé ses relations politiques avec Cuba au lendemain des procès de l'an dernier.

Beatriz Marta Roque avait déjà passé trois ans en prison de 1997 à 2000, condamnée en même temps que Vladimiro Roca, Félix Bonne y René Gomez, qui avaient fondé le Groupe de travail de la dissidence interne, dit Groupe des quatre.