Les inspecteurs de l'ONU retourneront en Irak

Bagdad — Les Philippines se félicitaient hier du rapatriement de leurs troupes de l'Irak, qui a permis la libération le même jour d'un otage philippin.

Par ailleurs, l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a annoncé le retour «dans les prochains jours» en Irak de ses inspecteurs, à la demande de Bagdad, afin de «rédiger le rapport final sur l'absence d'armes de destruction massive».

Après la libération d'un otage égyptien lundi soir, c'est l'otage philippin Angelo de la Cruz, qui a été relâché hier. Ses ravisseurs islamistes menaçaient de le décapiter si les 51 soldats et policiers philippins ne quittaient pas l'Irak avant la fin de juillet. Cédant à l'ultimatum, Manille a fait partir ses derniers effectifs lundi, un mois avant la date prévue.

Le chauffeur de camion a été déposé hier près de l'ambassade des Émirats arabes unis. Détenu pendant deux semaines, Angelo de la Cruz est apparu souriant et en bonne santé mais doit subir des examens médicaux à Abou Dhabi.

Tancées par leur allié américain pour avoir été le premier pays de la coalition à plier devant des preneurs d'otages, les Philippines ont dit ne rien regretter, même si l'affaire risque de tendre les relations entre Manille et Washington.

«Je ne regrette pas cette décision. Chaque vie est importante, a déclaré la présidente philippine Gloria Arroyo. Avec plus d'un million de travailleurs philippins expatriés au Moyen-Orient et huit millions au total [dans le monde], mon gouvernement défend un intérêt national en se préoccupant de leur sort là où ils vivent et travaillent.»

Un site Internet islamiste a publié hier un communiqué attribué au groupe du Jordanien Abou Moussab al-Zarqaoui démentant avoir sommé le Japon de retirer ses troupes d'Irak, comme l'avait annoncé un premier communiqué attribué au même groupe et diffusé sur ce même site.

Nouvelle victime des rebelles, un haut fonctionnaire de la province de Bassora a été assassiné hier avec deux de ses gardes. Ancien vice-gouverneur de Bassora, Hazem Taoufic Ainachi, 59 ans, coordonnait les activités du Conseil de la province.

Le haut représentant pour la politique étrangère de l'Union européenne, Javier Solana, est également arrivé en début de soirée au Caire pour une visite-marathon de 24 heures, au cours de laquelle il doit rencontrer notamment M. Allaoui.

C'est au Caire également que le directeur de l'AIEA, Mohamed el-Baradeï, a annoncé le retour prochain en Irak des inspecteurs de l'agence de l'ONU. C'est «une nécessité impérative, non pour rechercher des ADM mais pour rédiger le rapport final sur l'absence de ces ADM en Irak, pour que la communauté internationale lève les sanctions imposées à l'Irak», a-t-il expliqué.

Le Conseil de sécurité de l'ONU avait voté le 22 mai 2003 la levée des sanctions internationales imposées à l'Irak depuis l'invasion du Koweït par les troupes irakiennes en août 1990, à l'exception de celles sur les armes. Les inspecteurs avaient quitté l'Irak à la veille du déclenchement de l'offensive américano-britannique en mars 2003.