Des Fêtes en mode mineur dans l’ombre de la COVID-19

<p>L’Angleterre a reconfiné en urgence dimanche les habitants de Londres et du sud-est du pays, contraints de renoncer à leurs retrouvailles de Noël. Ailleurs en Angleterre, les familles pourront se voir uniquement le 25 décembre.</p>
Photo: Tolga Akmen Agence France-Presse

L’Angleterre a reconfiné en urgence dimanche les habitants de Londres et du sud-est du pays, contraints de renoncer à leurs retrouvailles de Noël. Ailleurs en Angleterre, les familles pourront se voir uniquement le 25 décembre.

De nombreux pays s’apprêtent à célébrer de mornes Fêtes, sous confinements ou autres limites du nombre d’invités, pour éviter que les traditionnelles retrouvailles de fin d’année n’amplifient les ravages de la COVID-19.

Confinements

De nombreux pays ont décidé de serrer la vis à l’approche des Fêtes.

L’Angleterre a reconfiné en urgence dimanche les habitants de Londres et du sud-est du pays, contraints de renoncer à leurs retrouvailles de Noël. Ailleurs en Angleterre, les familles pourront se voir uniquement le 25 décembre.

La suspension par de nombreux pays des liaisons avec le Royaume-Uni fait par ailleurs craindre une pénurie de certains produits frais à Noël.

Le pays de Galles a également décidé dimanche de reconfiner.

L’Italie a adopté son niveau de confinement le plus strict pour Noël et le Nouvel An. Ses habitants pourront se déplacer une fois par jour dans leur région pour rendre visite à des parents ou amis, en dehors du couvre-feu (22 h-5 h).

Les Pays-Bas ont également décidé un confinement, jusqu’au 19 janvier.

Aux États-Unis, une grande partie de la Californie est confinée depuis deux semaines.

L’Allemagne est partiellement reconfinée depuis mercredi, jusqu’au 10 janvier. Plusieurs Länder ont instauré des couvre-feux, exceptionnellement levés pour Noël en Saxe et au Bade-Wurtemberg, pas en Bavière.

L’Irlande reconfine à partir du 24 décembre, mais permet les visites entre foyers jusqu’au 26.

La Norvège recommande un confinement volontaire.

Quant à la France, elle apparaît à contre-courant de certains voisins avec un déconfinement entamé le 15 décembre, assorti toutefois de restrictions, dont un couvre-feu à 20 h 00, uniquement levé le soir de Noël.

Moins nombreux à table

Dans de nombreux pays, des limites d’invités pour les fêtes sont imposées ou recommandées.

Parmi les pays autorisant les retrouvailles à Noël, la Belgique est un de ceux qui limitent le plus le nombre de convives : un invité par foyer, deux pour les personnes vivant seules. Le Luxembourg permet deux invités.

Aux Pays-Bas, il est recommandé de recevoir au maximum trois personnes à Noël.

Du 24 au 26 décembre, les Allemands pourront accueillir jusqu’à quatre adultes de leur famille, outre les enfants de 14 ans maximum.

Pas plus de six adultes à table à Noël, demandent de leur côté les autorités françaises.

La Slovénie permet pour Noël à six adultes au maximum de deux familles de se retrouver et autorise les déplacements dans tout le pays.

En Hongrie, où le couvre-feu est suspendu les 24 et 25 décembre, les enfants de moins de 14 ans ne seront pas comptabilisés dans la jauge de dix personnes pouvant se rassembler.

En Espagne aussi, dix convives maximum.

Au Portugal, les déplacements seront possibles à Noël. Les autorités appellent à « rassembler le moins de monde possible ».

Commerces restaurants et spectacles

Les commerces font aussi les frais des restrictions.

Il n’est plus possible d’acheter ses cadeaux de Noël en magasin en Allemagne, aux Pays-Bas ou en Slovaquie après la fermeture des commerces non essentiels, de même qu’à Londres et dans le sud-est de l’Angleterre.

Au Danemark, les centres commerciaux sont fermés et les magasins non essentiels le seront à partir du 25 décembre.

En Irlande, certains magasins non-essentiels pourront rester ouverts, mais les soldes de janvier seront reportés.

En France, les commerces non essentiels ont rouvert, permettant de faire les emplettes de Noël, mais on ne pourra pas réveilloner au restaurant, ni au spectacle, fermés. La justice tranchera mercredi sur un recours des cinémas et théâtres.

En Suisse, restaurants, établissements culturels et sportifs devront fermer mardi. Les magasins pourront rester ouverts, moyennant une capacité limitée.

En Italie, les commerces non essentiels devront fermer, sauf exceptions, du 24 décembre au 6 janvier. Ils pourront toutefois rouvrir les 28, 29, 30 décembre et le 4 janvier.

Messes aménagées

Le pape a avancé de deux heures la « messe de la nuit » de Noël pour s’adapter au couvre-feu italien.

La messe de Noël de Bethléem (Cisjordanie) sera célébrée sans public.

En Suisse, les chants sont interdits dans les églises pour Noël.

La Grèce rouvre ses églises pour Noël et l’Épiphanie, avec neuf personnes maximum dans les églises, 25 dans les cathédrales.

La Croatie a imposé des restrictions sur les déplacements pendant les fêtes mais allégé les contraintes sur les rassemblements pour les messes de Noël.

Restrictions en vue après Noël

L’Écosse, l’Irlande du Nord, l’Autriche et la province canadienne de l’Ontario confineront juste après Noël.

Le Luxembourg avance son couvre-feu à partir du 26 décembre (21 h), ferme les commerces non essentiels et prolonge la fermeture des écoles jusqu’au 10 janvier.

Le Kazakhstan interdit à partir du 25 décembre les évènements de masse, soirées corporatives et événements sportifs pendant les vacances du Nouvel An.

La Pologne appliquera un confinement partiel dès le 28 décembre.

Au Portugal, interdiction de quitter sa commune entre le 31 décembre et le 4 janvier, période sous couvre-feu (excepté Madère et Açores). Les fêtes publiques seront interdites.

En Ukraine, fermeture des écoles, universités, commerces non essentiels, restaurants, cinémas et salles de sport du 8 au 24 janvier.