En bref - Un ancien ministre rwandais est condamné

Dar el Salaam — Un ancien ministre des Finances rwandais, Émmanuel Ndindabahizi, a été jugé coupable d'implication dans le génocide de 1994 et condamné à la prison à vie hier par le Tribunal pénal international pour le Rwanda, a fait savoir un porte-parole de ce dernier.

Environ 800 000 Tutsis et Hutus modérés ont été tués par des extrémistes hutus en l'espace d'une centaine de jours au Rwanda, au printemps 1994. «Il a été reconnu coupable de génocide, de crimes contre l'humanité, de meurtre et d'extermination. Il a été condamné à la prison à vie», a déclaré Bokar Sy, porte-parole du TPIR, qui siège en Tanzanie. L'acte d'inculpation stipule que Ndindabahizi, 54 ans, a pris la tête d'une campagne d'extermination contre des civils tutsis à Kibuye, dans l'ouest du Rwanda, pendant les massacres. Il est également accusé d'avoir encouragé le viol de nombreuses femmes et jeunes filles hutues. Ndindabahizi s'est rendu en avril, mai et juin 1994 dans les communes de Gitesi, de Gishyita et de Mabanza pour distribuer des armes et donner consigne aux autorités locales, aux miliciens civils et aux habitants de tuer des personnes identifiées comme étant des Hutus, affirme le parquet.