La Nouvelle-Zélande a «de nouveau battu le virus», selon sa première ministre

La première ministre néo-zélandaise, Jacinda Ardern, a salué les habitants qui ont dû endurer un deuxième confinement pour endiguer la pandémie.
Photo: Marty Melville Agence France-Presse La première ministre néo-zélandaise, Jacinda Ardern, a salué les habitants qui ont dû endurer un deuxième confinement pour endiguer la pandémie.

La première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern a annoncé lundi la levée des restrictions ordonnées à Auckland pour contrer la seconde vague épidémique, affirmant que son pays avait « de nouveau battu le virus ».

La première vague de coronavirus avait vraisemblablement été complètement endiguée fin mai à la faveur d’un strict confinement national. Et l’archipel a enregistré dans la foulée une remarquable série de 102 jours sans contamination locale.

Mais un nouveau foyer épidémique a été découvert en août dans la plus grande ville du pays, ce qui a poussé les autorités à ordonner pour le million et demi d’habitants d’Auckland un nouveau confinement qui a duré trois semaines, jusque début septembre.

Suivez l'évolution de la COVID-19 au Québec

Consultez notre tableau de bord interactif

Aucun nouveau cas n’ayant été confirmé dans la grande ville de l’Île du Nord depuis 12 jours, Mme Ardern a affirmé que l’épidémie était désormais sous contrôle et salué les habitants qui ont dû endurer un nouveau confinement.

« Les habitants d’Auckland et les Néo-Zélandais s’en sont tenus à un plan qui a désormais fonctionné deux fois. Et ils ont de nouveau battu le virus », s’est félicitée la dirigeante travailliste.

Un succès qui tombe pour elle à point, puisque les électeurs sont appelés à renouveler le Parlement le 17 octobre. Elle est donnée largement favorite pour rester à la tête du gouvernement.

Mme Ardern a ajouté qu’à compter de mercredi soir, Auckland serait ramené au niveau 1 de l’alerte sanitaire, qui est celui en vigueur pour le reste du pays.

Cela fait qu’il n’y a plus aucune restriction en matière de rassemblement public.

Une des conséquences notables est que le deuxième test-match de rugby entre la Nouvelle-Zélande et l’Australie, comptant pour la Bledisloe Cup – compétition annuelle entre les All Blacks et les Wallabies – pourra se tenir le 18 octobre à l’Eden Park d’Auckland devant un stade comble.

« C’est une nouvelle positive », s’est félicitée dans un communiqué la fédération New Zealand Rugby. Le premier test-match se déroulera dimanche à Wellington.

L’archipel du Pacifique Sud, qui compte cinq millions d’habitants, n’a enregistré que 25 décès dus à la COVID-19 et moins de 1900 cas. On dénombrait encore lundi 40 cas actifs de coronavirus.

Mais Mme Ardern a aussi affirmé qu’il ne fallait pas s’endormir sur ses lauriers, en déplorant une moindre utilisation de l’application officielle de recherche de contact, et une baisse du nombre de tests.

« Un retour du virus n’est pas la seule chose qui nous inquiète, il y a aussi un retour de la complaisance », a tonné Mme Ardern.

À voir en vidéo