De nouvelles accumulations de cas de COVID-19 dans le monde sèment l’inquiétude

Alors que des États annoncent des restrictions à l'égard de l'Espagne, le gouvernement espagnol affirme que la situation est «maîtrisée» et que les foyers d'éclosion sont «localisés et isolés».
Photo: Pau Barrena Agence France-Presse Alors que des États annoncent des restrictions à l'égard de l'Espagne, le gouvernement espagnol affirme que la situation est «maîtrisée» et que les foyers d'éclosion sont «localisés et isolés».

Le rythme de progression de la pandémie continue de s’accélérer dans le monde, avec plus de 16 millions de cas recensés depuis l’apparition du nouveau coronavirus, dont plus de la moitié sur le continent américain. Dimanche, l’Espagne assurait « contrôler » la situation malgré une flambée de cas de COVID-19.

Avec plus de cinq millions de nouveaux cas détectés depuis le 1er juillet, soit plus d’un tiers de ceux qui ont été déclarés depuis le début de la pandémie, la maladie a fait au moins 645 715 morts dans le monde, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles dimanche.

Malgré la flambée des cas, le gouvernement espagnol s’est voulu rassurant, affirmant que la situation était « maîtrisée » et que les foyers étaient « localisés et isolés », dans une réponse aux États ayant annoncé des restrictions à l’égard de l’Espagne.

« L’Espagne est un pays sûr », a insisté la ministre des Affaires étrangères, Arancha Gonzalez Laya.

Londres a annoncé que les passagers en provenance d’Espagne devraient se soumettre à une période d’isolement à partir de dimanche, prenant apparemment de court le ministre britannique des Transports, qui s’y trouve actuellement en vacances.

Le premier ministre français, Jean Castex, a de son côté « vivement recommandé » à ses concitoyens d’« éviter » de se rendre en Catalogne. Des consignes que certains n’ont pas suivies : « On sait qu’on va devoir redoubler de vigilance, faire très attention », dit à l’AFP Jean-Louis T., qui a fait le voyage avec sa femme et leur fils de 15 ans pour passer trois semaines dans une résidence de vacances.

Les chiffres repartent également à la hausse en France, où la circulation virale est en « nette augmentation », avec plus de 1000 nouveaux cas de coronavirus par jour, a annoncé la Direction générale de la santé.

« Ce qu’il faut éviter par-dessus tout, c’est le reconfinement général », a déclaré Jean Castex, en raison de conséquences « catastrophiques » sur les plans économique, social et psychologique.

Le populaire Puy du Fou, au deuxième rang des parcs à thème les plus fréquentés en France (avec plus de 2,3 millions de visiteurs en 2019), a annoncé dimanche qu’il allait limiter à 5000 le nombre des spectateurs à sa célèbre Cinéscénie, face au début de polémique soulevée par la présence récente de 12 000 personnes en tribune.

En Italie, les autorités de la région de Campanie, dans le sud, ont durci les règles : dorénavant, ce sera 1000 euros (plus de 1560 dollars canadiens) d’amende pour ceux qui ne portent pas de masques dans les espaces clos.

Maintenir la vigilance

« Aucun pays n’est épargné », avait souligné samedi l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ajoutant que cette forte augmentation du nombre des cas est due à une transmission élevée dans les zones à forte concentration de population, comme sur le continent américain et en Asie du Sud.

Les États-Unis restent le pays le plus endeuillé avec 146 463 décès pour 4 178 730 cas.

Le Pakistan (plus de 270 000 cas, dont près de 5800 morts) s’est félicité d’une chute de 80 % du nombre de décès par rapport au mois de juin.

Mais l’OMS a appelé à maintenir la vigilance et à observer des mesures de distanciation physique, à l’approche du festival religieux de l’Aïd al-Adha, vendredi prochain.

Dans les pays qui avaient réussi à endiguer le virus, les chiffres repartent à la hausse.

Les autorités iraniennes ont ainsi annoncé dimanche 216 morts supplémentaires et appelé la population à redoubler de vigilance contre le virus, afin d’épargner les soignants, gagnés par « la fatigue ».

L’Australie a connu son jour le plus meurtrier dimanche, avec 10 décès et une augmentation du nombre des cas malgré des mesures sévères de confinement.

Le sport écope

En Amérique latine, les annulations de festivités et d’événements sportifs se multiplient.

La traditionnelle fête de fin d’année à Rio de Janeiro, qui rassemble des millions de spectateurs sur la plage de Copacabana pour admirer les feux d’artifice, a été annulée, et São Paulo a reporté sine die son carnaval.

Le Panama a renoncé à organiser la Coupe du monde féminine de soccer des moins de 20 ans, qui devait avoir lieu début 2021, ainsi que les Jeux sportifs d’Amérique centrale et des Caraïbes de 2022.

Au Japon, un match du championnat de soccer a été reporté dimanche à la suite de la découverte de cas de coronavirus dans les effectifs d’une des deux équipes, une première depuis la reprise de la compétition au début du mois.

Et au Vietnam, les compétitions locales de football ont été suspendues dimanche après l’annonce du premier cas de coronavirus en près de 100 jours.

La Corée du Nord sonne l’alerte

La Corée du Nord a déclaré « l’urgence maximale » après la découverte sur son sol d’un premier cas « soupçonné » de coronavirus, et ordonné le confinement de la ville de Kaesong, où il a été détecté. Le leader nord-coréen, Kim Jong-un, a présidé samedi une réunion d’urgence du bureau politique du parti au pouvoir pour mettre en oeuvre « un système d’urgence maximale et lancer le plus haut niveau d’alerte » afin de contenir le virus, a annoncé l’agence officielle KCNA. Si confirmé, il s’agirait du premier cas officiellement recensé de COVID-19 en Corée du Nord, où l’infrastructure du système de santé est particulièrement inadéquate pour traiter une telle épidémie. KCNA rapporte que les soupçons concernent une personne qui avait fui le pays il y a trois ans et « est rentrée le 19 juillet après avoir franchi illégalement la ligne de démarcation » qui fait office de frontière avec la Corée du Sud. Pyongyang affirmait jusqu’alors n’avoir recensé aucun cas de la pandémie qui s’est propagée sur tous les continents, et qui est née dans la Chine voisine.

À voir en vidéo