Le nombre de cas de COVID-19 dans le monde a doublé en un mois

Le monde a franchi jeudi le cap des cinq millions de cas de COVID-19 depuis le début de la pandémie, tandis que le nombre de décès dépasse maintenant les 330 000, selon les données compilées par l’Université Johns Hopkins et par l’Agence France-Presse jeudi.

Le nombre de cas officiellement diagnostiqués a ainsi doublé en un mois, puisqu’on comptait environ 2,5 millions de cas le 21 avril. Signe de la rapidité avec laquelle ce nouveau coronavirus s’est propagé dans plus de 180 pays et régions au cours des derniers mois, on dénombrait à peine plus de 300 000 cas dans le monde en date du 21 mars.
Photo: Données compilées par l'Agence France-Presse et l'université Johns Hopkins

Si le bilan de cinq millions de cas de personnes infectées est sans doute largement sous-évalué, les données recueillies mettent en évidence une accélération du nombre de nouveaux cas, avec des augmentations particulièrement élevées ces dix derniers jours.

L’Amérique latine et les Caraïbes sont la région où le nombre de cas augmente désormais le plus, avec près de 30 000 nouveaux cas recensés au cours des 24 dernières heures. Le Brésil est en première ligne, subissant une accélération marquée de l’épidémie avec un bilan quotidien qui a même dépassé les 1000 décès cette semaine. Mais le président d’extrême droite Jair Bolsonaro continue de minimiser la dangerosité du virus et de critiquer le confinement.

L’épidémie continue également de faire des ravages aux États-Unis, pays le plus touché au monde en nombre de contaminations (1,55 million de cas) et de décès (plus de 93 400). Continent le plus touché avec près de deux millions de cas, dont 169 932 mortels, l’Europe, pour sa part, se trouve sur la voie d’une très lente normalisation.

En Chine, où l’épidémie est officiellement apparue en décembre dans la ville de Wuhan, les 3000 députés de l’Assemblée nationale populaire vont se réunir à partir de vendredi pour la grand-messe annuelle du régime communiste du président Xi Jinping. Cette session devrait donner à Xi Jinping l’occasion de proclamer la victoire totale dans «la guerre populaire contre le virus», selon la politologue Diana Fu, de l’Université de Toronto.

La Chine redoute toutefois une deuxième vague après la résurgence du virus dans certains endroits ces dernières semaines. L’Europe doit elle aussi se préparer à une deuxième vague du coronavirus, a prévenu jeudi la directrice du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, Andrea Ammon.

À voir en vidéo