La barre des 2000 morts est franchie en Suède

En Suède, contrairement à d’autres pays européens, le confinement de la population n’est pas d’actualité pour endiguer l’épidémie.
Photo: Janerik Henriksson / TT News Agency / Agence France-Presse En Suède, contrairement à d’autres pays européens, le confinement de la population n’est pas d’actualité pour endiguer l’épidémie.

Les autorités sanitaires suédoises ont annoncé jeudi le décès de 84 personnes supplémentaires infectées par le nouveau coronavirus, portant le bilan officiel de l’épidémie à plus de 2000 morts dans le pays. Ce royaume de 10,3 millions d’habitants, qui a pris des mesures plus souples que la plupart des pays européens pour tenter de contenir la progression du virus, recense désormais 16 755 cas d’infection et 2021 décès, une mortalité nettement plus élevée que celle observée chez ses voisins nordiques.

Les autorités sanitaires suédoises sont aussi revenues jeudi sur le pic de l’épidémie enregistré dans la région de Stockholm, épicentre du virus dans le pays : un temps annoncé comme ayant été atteint le 15 avril, le pic a finalement été enregistré une semaine plus tôt, le 8. Selon les chiffres révisés de l’Agence publique de santé, 70 500 habitants de la capitale suédoise et sa région — sur 2,3 millions de personnes — étaient potentiellement porteurs du virus au 8 avril.

« Le nombre de personnes infectées est toujours élevé, ce n’est pas le moment de relâcher les mesures de précaution », a déclaré en conférence de presse Anders Wallensten, épidémiologiste à l’Agence de santé. D’après les autorités sanitaires, un quart de la population vivant à Stockholm et sa région aura déjà été infectée par le nouveau coronavirus le 1er mai.

En Suède, contrairement à d’autres pays européens, le confinement de la population n’est pas d’actualité pour endiguer l’épidémie.

Seules contraintes majeures, les rassemblements de plus de 50 personnes ont été interdits, de même que les visites dans les maisons de retraite. Pour le reste, le gouvernement en a appelé au civisme, demandant à chacun de « prendre ses responsabilités » et de suivre les recommandations sanitaires.