Une propagation «très préoccupante», l'Italie en quarantaine

En Italie, la progression du nombre de personnes contaminées a été importante: plus de 1247 cas au cours des dernières 24 heures et 36 nouveaux décès.
Photo: Alberto Pizzoli Agence France-Presse En Italie, la progression du nombre de personnes contaminées a été importante: plus de 1247 cas au cours des dernières 24 heures et 36 nouveaux décès.

Une large portion du nord de l’Italie, dont la région de Milan, s’est réveillée dimanche matin coupée du monde par une stricte quarantaine décidée par le gouvernement pour contenir l’épidémie de coronavirus. La population de Milan, alertée dès samedi soir par des fuites dans les médias italiens, s’est comme résignée à une vie au ralenti: les rues étaient désertes et calmes dimanche matin, selon un journaliste de l’AFP sur place.

À l’intérieur de cette zone, où vivent plus de 15 millions d’Italiens (soit un quart de la population), les musées, salles de sports, piscines, discothèques, salles de jeux et pubs doivent rester fermés.

À l’intérieur de la zone de quarantaine, les déplacements doivent être limités. Les forces de l’ordre peuvent demander à toute personne effectuant un déplacement d’en justifier le motif, avec par exemple un certificat médical ou une lettre de son employeur. Pas de limitations particulières dans les transports publics, si c’est de respecter la distance de sécurité d’au moins un mètre

Les musées, salles de sports, piscines, discothèques, salles de jeux et pubs doivent rester fermés. Les bars et restaurants peuvent rester ouverts à condition de respecter la distance de sécurité, sinon ils doivent fermer.

Le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a salué dimanche les mesures « courageuses » prises par les Italiens pour tenter d’endiguer la propagation du virus dans le pays, les qualifiant de « véritables sacrifices ».

Autre mesure symbolique, le Vatican a annoncé samedi que le pape François fera sa prière dominicale en vidéo, et non en public.

La propagation accélérée du virus est jugée « très préoccupante » par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) : au total, 94 pays sont désormais touchés par la COVID-19, qui a fait plus de 3500 morts à travers le globe.

L’Amérique latine déplore samedi son premier décès, un homme de 64 ans, mort à Buenos Aires, en Argentine. L’île de Malte et le Paraguay ont annoncé une première contamination. L’archipel des Maldives a détecté ses deux premiers cas parmi le personnel d’un hôtel de luxe sur une île à 150 km de la capitale Malé, et la Bulgarie a recensé deux premiers cas.

En Italie, plus de 1247 cas ont été recensés au cours des dernières 24 heures ainsi que 36 nouveaux décès, portant le nombre de morts à 233. Le gouvernement italien a décrété l’envoi de 20 000 renforts dans ses hôpitaux, ce qui permettra de porter de 5000 à 7500 le nombre de lits en soins intensifs.

État d’urgence

Cinquième pays le plus touché, la France compte désormais 16 morts et 949 cas, cinq décès supplémentaires ayant été annoncés samedi soir.

La Chine a annoncé 27 nouveaux décès samedi soir, portant le bilan total à 3097 morts dans le pays.

Dans le même temps, le nombre de contaminations confirmées en Corée du Sud a dépassé les 7000 samedi, ce qui en fait le pays le plus touché en dehors de Chine. Suit l’Iran, où 21 nouveaux décès et 1076 infections au cours des dernières 24 heures ont été recensés, portant le total à 145 morts et 5823 contaminations.

Aux États-Unis, l’expansion de l’épidémie inquiète : le virus a été détecté sur 21 personnes à bord du Grand Princess, un navire de croisière maintenu au large de la Californie, après la découverte de symptômes chez certains de ses 3533 passagers et membres d’équipage, selon le vice-président américain, Mike Pence.

Deux personnes sont par ailleurs mortes du coronavirus en Floride, les premières victimes américaines en dehors de la côte ouest, ont annoncé les autorités sanitaires de cet État du sud-est des États-Unis.

Sur la côte Est, l’état de New York a décrété l’état d’urgence, pour accélérer la lutte contre la maladie.

Effondrement des exportations

En Chine, une trentaine de personnes étaient samedi soir bloquées sous les décombres d’un hôtel réquisitionné comme lieu de quarantaine et qui s’est effondré dans la province du Fujian, dans l’est du pays.

La propagation du virus a été en partie contenue dans la province du Hubei, épicentre de l’épidémie, grâce à la mise en quarantaine de quelque 56 millions de personnes depuis fin janvier.

Les inquiétudes sur l’impact économique de l’épidémie en Chine, où l’activité reste en grande partie paralysée, ont été aiguisées samedi par l’annonce d’un effondrement de 17,2 % sur un an des exportations du pays en janvier et février.

De quoi attiser les préoccupations sur la croissance mondiale, dont le géant asiatique est un moteur crucial.

Événements annulés

Reflet de l’inquiétude des autorités, événements sportifs et rassemblements continuent cependant de faire l’objet d’annulation ou report : le marathon de Barcelone prévu le 15 mars se tiendra finalement 25 octobre. La Hongrie a annulé la célébration de la fête nationale, prévue le 15 mars à Budapest.

Au Canada, les mondiaux féminins de hockey sur glace, qui devaient se dérouler du 31 mars au 10 avril, ont été annulés.

Le Grand Prix de Formule 1 de Bahreïn se tiendra, du 20 au 22 mars, en « la seule présence des participants » en raison « de la propagation continue du nouveau coronavirus ».

En Arabie saoudite, a contrario, Riyad a décidé de rouvrir l’esplanade entourant la Kaaba, lieu le plus saint de l’islam situé au coeur de la Grande mosquée de La Mecque.

De leur côté, 13 pays ont fermé leurs établissements scolaires : 300 millions d’élèves dans le monde sont privés d’école pour plusieurs semaines.

Nombre de pays prennent des mesures d’interdiction de territoire ou de quarantaine pour des voyageurs provenant de pays touchés. Au moins 36 pays ont déjà imposé une interdiction totale d’entrée aux personnes arrivant de Corée du Sud, selon Séoul, et 22 autres ont pris des mesures de quarantaine.

La Russie a également fermé ses frontières aux voyageurs venant d’Iran.

À Bethléem, principale ville touristique dans les Territoires palestiniens, les autorités ont empêché l’entrée et la sortie de touristes après la découverte de 16 cas de coronavirus en Cisjordanie, où l’état d’urgence sanitaire a été déclaré.

Dans le monde, les populations se ruent sur les masques, désinfectants, gants ou combinaisons, seuls remparts connus contre le virus.