La propagation s’accélère hors de Chine

La Thaïlande, qui a enregistré 43 cas de contamination, a fait état lundi de son premier décès, un Thaïlandais de 35 ans qui souffrait également de la dengue.
Photo: Mladen Antonov Agence France-Presse La Thaïlande, qui a enregistré 43 cas de contamination, a fait état lundi de son premier décès, un Thaïlandais de 35 ans qui souffrait également de la dengue.

L’épidémie de nouveau coronavirus, dont le bilan a dépassé lundi les 3000 morts, se propage désormais à un rythme beaucoup plus rapide à travers le monde qu’en Chine où elle est née, et pèse lourdement sur l’économie mondiale.

La France, nouveau foyer aigu de la contamination en Europe avec 130 cas depuis fin janvier, a enregistré son troisième décès depuis le début de l’épidémie, une personne résidant dans la même ville du nord de la France (Crépy-en-Valois) qu’une précédente victime.

   

L’Union européenne a relevé son évaluation du risque à « modéré à élevé », avec un dernier bilan de 2100 cas confirmés dans 18 pays membres.

Les ministres de la Santé de l’UE ont été convoqués pour une réunion extraordinaire vendredi à Bruxelles.

Le nombre de cas dans le monde s’élevait à 90 160, dont 3079 décès, dans 73 pays et territoires, dont 80 026 cas pour la seule Chine, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles lundi.

Dans le pays, où le virus est apparu fin 2019, les autorités ont annoncé lundi 42 nouveaux décès pour un total de 2912 morts. Les 202 nouveaux cas signalés lundi en Chine continentale constituent toutefois la plus faible augmentation quotidienne depuis fin janvier.

Si l’épidémie COVID-19 semble faiblir en Chine, où des mesures de quarantaine draconiennes visent plus de 50 millions de personnes, elle continue de s’aggraver dans plusieurs pays. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a indiqué lundi qu’il y avait eu en 24 heures près de neuf fois plus de nouveaux cas signalés ailleurs dans le monde qu’en Chine.

En Italie, pays le plus touché en Europe, la barre des 50 morts a été franchie, après une spectaculaire accélération des contagions avec plus de 500 nouveaux cas dimanche sur un total de 2036.

Un second cas a été signalé lundi en Égypte, pays qui avait annoncé mi-février le premier cas sur le continent africain.

Derniers États à recenser leurs premiers cas de coronavirus lundi : le Sénégal avec un Français de retour de l’Hexagone, l’Arabie saoudite, avec une personne testée positive après un voyage en Iran et la Tunisie, avec un homme de retour d’Italie.

Réponse concertée

Un deuxième décès a également été annoncé aux États-Unis où 21 cas ont été recensés, auxquels s’ajoutent 47 malades rapatriés de l’étranger. Plusieurs patients diagnostiqués ces derniers jours n’avaient aucun lien connu avec un foyer de l’épidémie, ce qui laisse à penser que la maladie commence à se propager sur le sol américain, encore très épargné.

Quant à la Corée du Sud, deuxième pays le plus touché après la Chine, elle a recensé lundi près de 600 cas supplémentaires et huit nouveaux décès, pour un total de plus de 4300 contaminations, dont 26 mortels.

Le leader du mouvement religieux lié à la moitié des cas de coronavirus en Corée du Sud a présenté ses excuses pour la responsabilité de son organisation dans la propagation de l’épidémie.

La Thaïlande, qui a enregistré 43 cas de contamination, a fait état lundi de son premier décès, un Thaïlandais de 35 ans qui souffrait également de la dengue.

L’Iran, l’un des pays les plus touchés, a rejeté lundi une proposition d’aide des États-Unis, conditionnée à la demande express de Téhéran. Paris, Berlin et Londres, par ailleurs cosignataires de l’accord sur le nucléaire iranien, ont annoncé qu’ils allaient fournir au pays un soutien matériel et financier.

Risque de récession

L’épidémie fait par ailleurs redouter une crise économique d’ampleur planétaire.

À ce titre, les ministres de l’Économie et les banquiers centraux des pays membres du G7 doivent avoir un entretien téléphonique mardi pour coordonner leur action face à l’épidémie de nouveau coronavirus qui se répand dans le monde et menace l’économie mondiale, a indiqué lundi le Trésor américain à l’AFP.

L’OCDE a ramené lundi sa prévision de croissance planétaire de 2,9 % à 2,4 % et mis en garde contre un scénario encore plus noir si l’épidémie devait s’aggraver.

Les marchés ont subi la semaine dernière leur plus forte dégringolade depuis la crise financière de 2008. La Bourse de Tokyo s’est reprise lundi (+0,95 %), ainsi que les places chinoises. Toutefois, Milan perdait encore 2,5 % lundi après-midi. Les bourses européennes étaient partagées sur la direction à prendre, et Wall Street a ouvert en hausse.

Le commissaire européen à l’Économie Paolo Gentiloni a appelé les pays de l’UE à agir pour soutenir l’économie, évoquant une « réponse budgétaire coordonnée des pays européens ».

Le Louvre, musée le plus visité au monde, est resté fermé lundi pour une deuxième journée consécutive, le personnel invoquant son droit à cesser le travail en cas de danger.

Grand Prix annulé

L’épidémie bouleverse aussi le calendrier sportif. Le Grand Prix moto du Qatar, prévu le 8 mars en ouverture du Championnat du monde, a été annulé, et celui de Thaïlande, prévu le 22 mars, reporté.

En Italie, plusieurs matchs du championnat de football (Serie A) ont été reportés et le Championnat suisse de football a été suspendu jusqu’au 23 mars, une mesure inédite en Europe.

En revanche, le comité organisateur a indiqué que les matchs du Tournoi des Six-nations, outre Irlande-Italie déjà reporté, étaient maintenus « pour l’instant ».

Le taux de mortalité semble être de 2 à 5 %, selon l’OMS, qui a appelé dimanche les pays à travers le monde à s’approvisionner en dispositifs médicaux d’assistance respiratoire, indispensables pour traiter les patients atteints de la forme sévère de la maladie.