Les Canadiens détenus avant tout

Le premier ministre assure que des pays alliés continuent de mettre de la pression sur la Chine pour libérer MM. Kovrig et Spavor.
Photo: Adrian Wyld La Presse canadienne Le premier ministre assure que des pays alliés continuent de mettre de la pression sur la Chine pour libérer MM. Kovrig et Spavor.

Justin Trudeau a demandé aux États-Unis de ne pas finaliser un accord de libre-échange avec la Chine tant que deux Canadiens seront détenus par les autorités chinoises.

C’est ce que le premier ministre a révélé pendant une entrevue à l’émission matinale de TVA, Salut bonjour !, jeudi.

M. Trudeau s’est fait demander si la signature d’un accord de libre-échange commercial entre les États-Unis et la Chine allait faire débloquer « tout le reste ».

« On l’espère, a-t-il répondu. On leur dit qu’il ne faudrait pas que les États-Unis signent une entente finale et complète avec la Chine, qui ne règle pas la question de Meng Wanzhou et des deux Canadiens [détenus]. »

Les tensions diplomatiques entre le Canada et la Chine ont débuté le 1er décembre 2018 alors que la dirigeante de Huawei a été arrêtée à Vancouver à la demande des États-Unis, qui souhaitent son extradition.

Quelques jours plus tard, deux Canadiens, Michael Kovrig et Michael Spavor, ont été arrêtés en Chine pour des raisons arbitraires, selon Ottawa.

Justin Trudeau a déclaré dans la même entrevue que le Canada travaille « presque tous les jours » pour tenter de faire comprendre à la Chine qu’elle doit libérer MM. Kovrig et Spavor.

Le fait de les détenir n’aidera pas la cause de Mme Meng, puisque le Canada a un système de justice indépendant, a précisé M. Trudeau.

« Quelle que soit la pression qu’ils mettent sur nous en arrêtant deux Canadiens, ça ne va pas changer la décision de la cour en Colombie-Britannique par rapport à un traité d’extradition », a-t-il dit.

Le Canada, quant à lui, est en train de remplir ses obligations pour extrader la dirigeante de Huawei, mais le processus pourrait prendre « des années », a-t-il souligné.

M. Trudeau a ajouté que le Canada va continuer de discuter avec les États-Unis et la Chine pour tenter de dénouer l’impasse parce que « c’est vraiment frustrant ».

Affaires mondiales Canada a confirmé que d’autres visites consulaires ont eu lieu avec MM. Kovrig et Spavor cette semaine.

Des agents consulaires ont rencontré M. Spavor le 16 décembre et M. Kovrig le 17 décembre. Les agents continuent de fournir des services consulaires aux deux hommes ainsi qu’à leurs familles respectives.

Lors d’une entrevue avec La Presse canadienne, mercredi, M. Trudeau a réaffirmé que la détention de ces deux hommes est « au premier plan de la relation entre le Canada et la Chine ».

« Évidemment, je regrette la situation. Je regrette qu’il y ait deux Canadiens en détention en Chine, a-t-il dit. Mais je ne peux pas regretter qu’on ait rempli les conditions d’un traité d’extradition international avec notre allié et partenaire le plus proche. »

Le premier ministre assure que des pays alliés continuent de mettre de la pression sur la Chine pour libérer MM. Kovrig et Spavor « parce que cette décision […] a des conséquences, non seulement pour le Canada, mais pour des pays à travers le monde ».