Hong Kong: le militant Joshua Wong demande le soutien des États-Unis

La visite de Joshua Wong aux États-Unis s’inscrit dans le cadre d’une tournée internationale pour rallier des soutiens à la cause des manifestants hongkongais. «L’été de la colère est en train de devenir l’année de la colère», a-t-il affirmé devant quelque 200 étudiants de Columbia.
Photo: Timothy A. Clary Agence France-Presse La visite de Joshua Wong aux États-Unis s’inscrit dans le cadre d’une tournée internationale pour rallier des soutiens à la cause des manifestants hongkongais. «L’été de la colère est en train de devenir l’année de la colère», a-t-il affirmé devant quelque 200 étudiants de Columbia.

Le militant prodémocratie hongkongais Joshua Wong a appelé vendredi Donald Trump à inclure une clause sur les droits de la personne dans ses négociations commerciales avec la Chine, au premier jour d’une visite aux États-Unis destinée à rallier des soutiens pour le mouvement qui agite l’ancienne colonie britannique.

« Il est important d’ajouter une clause sur les droits de la personne dans les négociations commerciales et de mettre les manifestations de Hong Kong au programme de ces négociations. Surtout quand un centre international est menacé de lois d’urgence équivalentes à la loi martiale et d’envois de l’armée », a déclaré à l’AFP Joshua Wong, après avoir participé à une conférence à l’Université Columbia, à New York.

« Si la Chine n’a pas l’intention de protéger la liberté économique de Hong Kong, cela affectera et nuira à toute l’économie mondiale », a ajouté cet étudiant de 22 ans, alors que plus de 1200 entreprises américaines sont installées à Hong Kong.

Chine et États-Unis sont engagés depuis l’an dernier dans une guerre commerciale, qui s’est traduite par l’imposition de part et d’autre de droits de douane sur des centaines de milliards de dollars d’échanges bilatéraux. Les deux pays ont annoncé mercredi une pause dans l’escalade, et de nouveaux pourparlers sont prévus en octobre à Washington.

Le gouvernement Trump a exclu jusqu’ici d’inclure le dossier de Hong Kong dans ces négociations commerciales. « Cela relève du département d’État, pas du commerce », a indiqué mercredi le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin.

Joshua Wong, qui doit se rendre mardi à Washington, a également appelé le Congrès américain à adopter un projet de loi actuellement en attente sur les « droits de la personne et la démocratie à Hong Kong ».

Le texte, auquel les leaders républicain et démocrate du Congrès se sont montrés favorables, prévoit un réexamen annuel du statut économique spécial de Hong Kong, et des sanctions pour tout responsable qui supprimerait « des libertés fondamentales » dans ce territoire semi-autonome, rétrocédé à la Chine en 1997.

Dans la capitale fédérale américaine, Joshua Wong devrait notamment rencontrer le sénateur républicain Marco Rubio, très critique de Pékin, et être entendu par une commission du Congrès. Aucun rendez-vous avec le gouvernement Trump n’a été évoqué.

La visite de Joshua Wong aux États-Unis s’inscrit dans le cadre d’une tournée internationale pour rallier des soutiens à la cause des manifestants hongkongais. « L’été de la colère est en train de devenir l’année de la colère », a-t-il affirmé devant quelque 200 étudiants de Columbia.

Les manifestations qui secouent Hong Kong ont commencé en juin, pour demander le rejet d’un projet de loi hongkongais visant à autoriser les extraditions vers la Chine. Le texte a été définitivement abandonné depuis, mais le mouvement a élargi ses revendications, demandant notamment des réformes démocratiques et dénonçant le recul des libertés dans l’ex-colonie britannique et l’ingérence grandissante de Pékin dans les affaires intérieures de cette région.

Vendredi, des milliers de manifestants prodémocratie ont illuminé de torches, lanternes ou pointeurs laser deux des collines de Hong Kong, profitant de l’ouverture de festivités traditionnelles d’automne pour rappeler la détermination de leur mouvement.