De l’or caché dans des convois de charbon

Iamgold exploite quatre mines d’or dans le monde.
Photo: Ahmed Ouoba Agence France-Presse Iamgold exploite quatre mines d’or dans le monde.

La société canadienne Iamgold Essakane a brièvement comparu mercredi devant la justice du Burkina Faso pour « fraude en matière de commercialisation d’or » et « blanchiment de capitaux ». On la soupçonne d’avoir dissimulé de l’or dans des chargements de charbon pour éviter de payer des redevances.

En plus de la minière canadienne, la société française Bolloré Transports et Logistics ainsi que douze personnes ont comparu en cour. L’audience a été renvoyée à début octobre, quelques heures seulement après son ouverture.

Iamgold exploite quatre mines d’or dans le monde, dont une en Abitibi-Témiscamingue. Son siège social est situé à Toronto et elle dispose d’un bureau à Longueuil. Elle est la première productrice d’or du Burkina Faso.

Fin décembre 2018, 30 conteneurs appartenant à la société minière Iamgold Essakane ont été saisis à Bobo-Dioulasso et deux autres à Ouagadougou par la Brigade nationale anti-fraude de l’or (BNAF), après une alerte donnée par un journaliste d’investigation.

Du minerai qui contenait une forte teneur d’or était en train d’être transporté de « manière frauduleuse vers la République de Côte d’Ivoire, par voie ferroviaire, pour ensuite être acheminé par voie maritime au Canada », selon le parquet.

« L’audience a été renvoyée à début octobre sur demande de plusieurs parties, dont la défense et la partie civile, pour diverses raisons », a rapporté à l’AFP l’un des avocats de Iamgold Essakane, Me Moumouni Kopiho.

Important contributeur

« Vu le niveau et l’ampleur du dossier, on ne pouvait pas le retenir aujourd’hui. Il faut que tous les avocats puissent prendre connaissance du dossier afin de développer les moyens de défense de leurs clients, a-t-il estimé. La société est le premier employeur du privé au Burkina Faso, avec 2500 personnes. »

Iamgold est aussi un important contributeur au budget de l’État avec près de 45 milliards de francs CFA (100 millions $) d’impôts payés au Trésor public en 2018, a indiqué un avocat de la partie civile, Me Rodrigue Bayala.

Outre les sociétés Iamgold Essakane et Bolloré Transports et Logistics, en tant que personnes morales, douze personnes physiques des deux sociétés et de l’administration publique sont poursuivies pour « fraude en matière de commercialisation de l’or et des substances précieuses, faux et usage de faux en écriture privée de commerce, exportation illégale de déchets dangereux, blanchiment de capitaux, franchise illégale ».