Assange ne sera pas extradé vers un pays où il encourt la peine de mort

Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, s'est réfugié pendant près de sept ans à l’ambassade d’Équateur à Londres où il bénéficiait de l’asile politique. 
Photo: Daniel Leal-Olivas Agence France-Presse Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, s'est réfugié pendant près de sept ans à l’ambassade d’Équateur à Londres où il bénéficiait de l’asile politique. 

Le fondateur de WikiLeaks, l’Australien Julian Assange, ne sera pas extradé vers un pays où il pourrait risquer la peine de mort, a assuré lundi le ministre d’État britannique pour l’Europe et les Amériques, Alan Duncan, lors d’une visite en Équateur.

C’est « une condition fondamentale de l’accord auquel nous sommes parvenus, que nous ne permettrons pas qu’il soit extradé dans un lieu où il pourrait risquer la peine de mort. Cette garantie reste solide », a affirmé M. Duncan, lors d’une conférence de presse à Quito.

Julian Assange est accusé d’espionnage par les États-Unis, qui ont requis son extradition. L’audience pour étudier cette demande aura lieu fin février 2020 au Royaume Uni.

Les États-Unis lui reprochent d’avoir mis en danger certaines de leurs sources lors de la publication en 2010 par WikiLeaks de 250 000 câbles diplomatiques et d’environ 500 000 documents confidentiels portant sur les activités de l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Ils l’accusent également d’avoir « comploté » avec l’ex-analyste militaire Chelsea Manning, à l’origine de cette fuite sans précédent.

Réfugié pendant près de sept ans à l’ambassade d’Équateur à Londres où il bénéficiait de l’asile politique, Julian Assange en a été extrait le 11 avril par la police britannique avec l’aval de ce pays sud-américain.

Il a été immédiatement placé en détention puis condamné à une peine de 50 semaines de prison le 1er mai pour violation des conditions de sa liberté provisoire.

Le gouvernement équatorien a affirmé avoir reçu des garanties écrites de Londres, au moment où il a retiré l’asile à l’Australien, que ce dernier ne serait pas extradé vers un pays où il pourrait subir des tortures ou la peine de mort.

Les États-Unis ont retenu 18 chefs d’inculpation contre Julian Assange, et le cumul des peines encourues pour toutes ces accusations se monte à quelque 175 ans de prison.

La justice fédérale américaine autorise la peine de mort pour les crimes passibles de la peine capitale, y compris l’espionnage, selon le site spécialisé Death Penalty Information Center.