Monde: Trump, encore, le Brexit et le Yémen

Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Le président Trump affronte une nouvelle opposition démocrate à la Chambre des représentants.

Dépôt du rapport Mueller Son nom est sur toutes les lèvres à Washington, le président américain, Donald Trump, l’attaque en rafale sur Twitter, mais lui reste dans l’ombre. Le procureur spécial Robert Mueller, chargé de faire la lumière sur la possible collusion entre l’équipe de Donald Trump et la Russie lors de l’élection présidentielle de 2016, devrait sortir de son mutisme en 2019. En déposant son rapport, Robert Mueller pourrait porter un dur coup à la présidence de Donald Trump… peut-être même le coup de grâce. Tout cela alors que le président fait face à une nouvelle opposition démocrate à la Chambre des représentants.

Brexit Le 29 mars à 23 h à Londres, à minuit à Bruxelles, le Royaume-Uni sortira de l’Union européenne. Le Brexit se fera-t-il avec ou sans un accord entre l’Union européenne et le Royaume-Uni ? Réponse en janvier, lorsque les parlementaires britanniques voteront sur le texte d’accord négocié par la première ministre britannique, Theresa May. Rien n’est acquis : autant les europhiles que les eurosceptiques sont insatisfaits des mesures proposées pour officialiser le divorce.

Yémen L’ONU ne cesse de rappeler que le Yémen est le théâtre de la pire crise humanitaire de la planète. Quelque 14 millions de Yéménites — soit la moitié de la population du pays — sont menacés de famine. Et c’est sans compter les victimes civiles, qui se comptent par milliers dans ce pays déchiré par la guerre depuis 2015. Après le dialogue amorcé en Suède en décembre, le gouvernement yéménite et les rebelles houthis pourraient entamer de réels pourparlers de paix en 2019.

Économie : des signes de fin de cycle

Une année économique de transition, pas de récession « Les signes de fin de cycle sont de plus en plus nombreux », mais 2019 devrait être une année de changement de rythme, de ralentissement, pas de récession. S’il est difficile d’imaginer un climat de tensions commerciales plus grandes qu’en 2018 dans l’économie mondiale, l’endettement — des ménages, des entreprises et des pays émergents — pourrait dominer la liste des inquiétudes en cette conjoncture de pression haussière sur les taux d’intérêt et d’un jeu de fluctuation des devises plus imprévisible. Gérard Bérubé