Pressenti pour le Pentagone par Kerry, McCain décline l'offre

Orlando — John Kerry, le futur candidat démocrate à l'élection présidentielle américaine du mois de novembre, a déclaré hier que le sénateur républicain John McCain serait son premier choix en tant que secrétaire à la Défense, mais l'intéressé a décliné l'offre.

«Non merci, non merci», lui a répondu McCain, critique fervent de Bush et lui aussi, comme Kerry, ancien combattant de la guerre du Vietnam. Le sénateur de l'Arizona, en réplique à des propos antérieurs selon lesquels Kerry cherche à le faire venir dans son équipe, avait déjà déclaré qu'il entendait continuer à siéger au Congrès sous l'étiquette républicaine et qu'il souhaitait la réélection de George Bush.

«Il y a un certain nombre de personnes que je pourrais nommer au poste de secrétaire à la Défense, à commencer par notre bon ami John McCain», a déclaré Kerry.

McCain avait été battu par Bush pour l'investiture républicaine en 2000. Réputé pour son franc-parler, il a récemment défendu Kerry contre certains républicains qui mettaient en doute son engagement à défendre la sécurité nationale.

Outre McCain, Kerry a avancé d'autres noms de candidats possibles au Pentagone, au nombre desquels figurent ceux du sénateur démocrate Carl Levin et du sénateur républicain John Warner.

Interrogé dans le cadre d'une émission de radio, John Kerry a renouvelé par ailleurs ses critiques à l'encontre du président George Bush et de Donald Rumsfeld, l'actuel patron du Pentagone.

Kerry leur a notamment reproché d'avoir été incapables de bâtir une coalition internationale en Irak et a estimé qu'ils devaient accepter d'endosser pleinement la responsabilité du scandale des mauvais traitements infligés aux prisonniers irakiens.

Bush au plus bas

Plusieurs enquêtes montrent que la cote de popularité de Bush est tombée en dessous de la barre des 50 %, en raison notamment d'inquiétudes grandissantes sur sa gestion du dossier irakien et sur sa politique économique. «Il est actuellement dans une situation dangereuse», a dit le sondeur John Zogby en évoquant Bush, tout en observant que Kerry peinait à tirer parti des difficultés du président.

Franck Newport, responsable de l'institut Gallup, a fait savoir que Bush ne jouissait plus que de 46 % d'opinions favorables et a expliqué que la même chose était arrivée aux trois derniers présidents à ne pas avoir réussi à se faire réélire, à savoir George Bush père, Jimmy Carter et Gerald Ford.