Affaire Khashoggi: la Turquie souhaite que l'ONU ouvre une enquête

Durant une visite en Tunisie, le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a affirmé que le gouvernement turc poursuivait «activement» son enquête sur cette affaire.
Photo: Hassene Dridi Associated Press Durant une visite en Tunisie, le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a affirmé que le gouvernement turc poursuivait «activement» son enquête sur cette affaire.
Le ministre turc des Affaires étrangères a révélé, lundi, que la Turquie travaillait de concert avec d'autres pays afin d'obtenir des Nations unies qu'elles ouvrent une enquête sur l'assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi.

Durant une visite en Tunisie, Mevlut Cavusoglu a affirmé que le gouvernement turc poursuivait «activement» son enquête sur cette affaire et «collaborait» avec d'autres membres de l'ONU.

Il n'a pas fourni davantage de détails.

M. Cavusoglu a exhorté les autorités saoudiennes à partager les renseignements recueillis durant leur propre enquête avec la Turquie et «le monde entier». Il a ajouté que le gouvernement turc voulait notamment que Riyad explique ce qui était advenu de la dépouille de M. Khashoggi et qui avait été chargé d'en disposer.

Jamal Khashoggi, qui a notamment été chroniqueur pour The Washington Post, a critiqué à plusieurs reprises le prince héritier de l'Arabie saoudite, Mohammed Ben Salman, dans ses articles.

Des agents saoudiens ont tué le journaliste au consulat de l'Arabie saoudite à Istanbul le 2 octobre.

La Turquie a déjà fait savoir par le passé qu'elle souhaitait que les Nations unies mènent une enquête sur le meurtre de M. Khashoggi.