En bref: Mandat d'arrêt contre un général indonésien

Djakarta — Un tribunal du Timor oriental mis en place par les Nations unies a lancé hier un mandat d'arrestation à l'encontre de l'ex-général Wiranto, ancien commandant en chef des forces indonésiennes et actuel candidat à l'élection présidentielle dans son pays.

Cette démarche concerne des crimes contre l'humanité qui auraient été commis en 1999 dans cette ancienne colonie portugaise annexée par l'Indonésie en 1976 avant son indépendance en mai 2002. Il avait été inculpé de crimes contre l'humanité en février 2003 par la justice du Timor-Leste pour sa responsabilité en tant que chef des armées dans les massacres perpétrés par des milices pro-indonésiennes en 1999. Ces groupes, soutenus par l'armée indonésienne, avaient tué environ 1400 civils, quand l'ex-colonie portugaise envahie en 1975 par l'Indonésie, avait voté à une large majorité pour l'indépendance.