Attentat et accrochages meurtriers à Bagdad

Bagdad — Les violences en Irak ont particulièrement touché Bagdad hier où 35 Irakiens au total ont été tués, dont 28 au cours d'accrochages entre miliciens chiites avec les forces de la coalition, et sept dans un attentat sur un marché alors que la tension restait vive dans plusieurs villes du pays.

Dix-neuf miliciens chiites et neuf autres Irakiens ont été tués dans divers accrochages avec les militaires américains à Bagdad, où un attentat à la bombe a coûté la vie à sept personnes et en a blessé huit.

«Il y a eu à peu près quatre accrochages à Bagdad aujourd'hui», entre GI et miliciens du chef chiite radical Moqtada Sadr, a déclaré à la presse le général Kimmitt.

Les accrochages entre militaires américains et miliciens se sont concentrés à Sadr City, bastion de Moqtada Sadr dans l'est de la capitale. Ils ont éclaté au lendemain de l'arrestation d'un adjoint du chef chiite.

Moqtada Sadr, recherché «mort ou vif» par la coalition, est retranché dans la ville sainte de Najaf au sud de Bagdad.

Une explosion due vraisemblablement à une bombe s'est produite hier à l'extérieur d'un hôtel à Bagdad, faisant six ou sept blessés britanniques, a annoncé le ministère des Affaires étrangères à Londres.

De fortes explosions ont été entendues dans la nuit d'hier à aujourd'hui à Bagdad, alors que des avions de combat américains semblaient survoler la ville, ont rapporté des témoins, sans qu'il soit possible de déterminer la provenance des détonations.

Un officier de police irakien chargé des enquêtes criminelles à Baaqouba est décédé à l'hôpital après avoir été blessé hier par un inconnu, a annoncé la police de cette ville du nord de l'Irak.

Dans le sud du pays, la tension restait vive à Bassora, dont le gouverneur Wael Abdel Latif a décrété l'interdiction du port d'armes et la formation d'une unité spéciale de la police pour faire face aux milices.

Après de violents affrontements la veille, trois soldats britanniques ont été blessés hier dans cette ville par le jet d'un engin explosif contre leur véhicule. Un convoi britannique a essuyé des tirs et une bombe a explosé sans faire de victime.

À Amara, dans le sud-est, des tirs de miliciens chiites ont déclenché avant l'aube une riposte britannique, qui a fait quatre morts et un blessé parmi les civils, selon une source hospitalière. Un porte-parole militaire britannique, interrogé par l'AFP, n'a cependant fait état que d'échanges de tirs sporadiques pendant la nuit.

À Koufa, quatre Irakiens ont été tués et 12, dont quatre enfants, ont été blessés dans de nouveaux combats hier entre des soldats américains et des miliciens de Moqtada Sadr, selon des sources hospitalière.

À Kerbala, deux miliciens chiites ont été tués et deux civils blessés dans des échanges de tirs qui ont duré trois heures hier avec des soldats de la coalition, selon une source hospitalière.

Le représentant de Moqtada Sadr à Nasiriya a été libéré hier après avoir été détenu pendant deux jours par les soldats italiens dans cette ville du sud de l'Irak, a annoncé un responsable irakien.

Un oléoduc alimentant le terminal de Khor Al-Amaya, dans le sud de l'Irak, était en en feu hier et des sapeurs-pompiers ont indiqué que la conduite avait été sabotée.